Wigglesworth en Nouvelle-Zélande

par un témoin, le pasteur Harry V. Roberts (Résumé)

Smith WigglesworthLe plus grand réveil néo-zélandais a commencé en Chine, lorsque le Saint-Esprit a montré à un missionnaire, M. J. Fullerton, que Dieu allait déverser son Saint-Esprit sur la Nouvelle-Zélande. M. Fullerton a fait un voyage dans son pays natal, le Danemark, où il a rencontré Smith Wigglesworth. M. Fullerton lui a raconté ce que Dieu lui avait montré. Smith Wigglesworth a prié à ce sujet et Dieu lui a montré qu’il devait se rendre en Nouvelle-Zélande.

Le premier discours de Smith Wigglesworth, "Revêtir la puissance et les dons de l’Esprit" a été donné dans le hall de l’école du dimanche de l’église baptiste de Vivian Street, à Wellington. Le discours montrait que le Saint-Esprit est une vraie personne et qu’Il est promis à tous les croyants. C’est notre plein droit de demander au Saint-Esprit de vivre en nous ; nous ne pouvons vaincre le péché sans Lui. Le nombre de personnes assistant à ces réunions matinales s’est très rapidement accru et les réunions ont dû avoir lieu dans l’église principale, qui était également trop petite ! C’est à l’une de ces réunions que le phénomène des langues a été entendu. Il était étrange de constater que beaucoup de gens ont été immédiatement contre les langues, sans rien connaître à leur propos. Ces préjugés se sont effacés dès que les interprétations sont apparues. Les interprétations étaient impressionnantes et profondément bibliques.

Des guérisons miraculeuses ont eu lieu lorsqu’on pria pour des enfants difformes et malades. On amena un homme tuberculeux et décharné, qui avait été complètement mis de côté, son cas étant considéré comme désespéré. Il était dans le coma, mais, après la prière, il s'est levé, plein d’énergie, et est sorti de l’église la tête haute ; il était guéri !

Les réunions du soir avaient lieu à l’hôtel de ville de Wellington. Les foules passèrent de 800 à 1600 personnes, puis à 3000 le troisième soir. Dès ce moment, il fallut refuser des personnes tous les soirs. Au moins 1000 personnes ne purent entrer au cours de l’une de ces soirées. Smith Wigglesworth prêchait essentiellement la guérison divine. Les mots qui revenaient le plus souvent dans ses discours étaient "CROIS SEULEMENT".

Wellington Town Hall - outside view Wellington Town Hall - inside view

C'est à l’hôtel de ville de Wellington que Smith Wigglesworth a été utilisé pour guérir une foule de gens et les amener au salut en 1922.

le 31/05/1922, le quotidien de la capitale, The Dominion, relatait ce qui suit :

LA GUERISON PAR LA FOI – DES EVENEMENTS EXTRAORDINAIRES SE PRODUISENT À L’HOTEL DE VILLE - LES SOURDS PEUVENT ENTENDRE

To heal the sick by Divine influence is no new claim, although to actually witness the process of cure being carried out in this work-a-day world has attracted big audiences to the Town Hall this week, a very large gathering being present at last night's demonstration.
 
The Yorkshire evangelist, Mr Smith-Wigglesworth, is conducting the proceedings, and, except that he anoints with oil the real process of healing is carried out by faith itself. The evening commences with a religious service, including prayers and hymns, after which the demonstration of healing is given.

Last night about two hundred persons of both sexes presented themselves for treatment, but the evangelist was only able to deal with fifty of them, the other cases being postponed till to-night.

Those in search of relief comprised cripples (many of whom were able to throw away their crutches and sticks immediately); others, with goitre, rheumatism, partial blindness, deafness, and various forms of affliction. Quite a large percentage claimed that they were cured or relieved by the Divine faith poured into them by the evangelist. To particularise: A woman of middle age, who was crippled with rheumatism, demonstrated her cure by walking across the flood; stutterers were almost instantly made to repeat the Lord's Prayer without stuttering; young women with necks swollen with goitre professed to be cured, and certainly the swellings in some cases disappeared or were reduced in size; an old man of 80 years, partially blind, said his sight had been improved; and numbers afflicted with pains of one sort and another declared that they were freed from their sufferings. There were failure, of course, due, perhaps, to lack of faith, or possibly the sufferers were incurable.

Quelques-unes des personnes guéries ont décrit leur expérience par écrit et sous serment. Ces déclarations ont été faites devant M. C.A. Baker, juge de paix. L’auteur n’a pas été autorisé à publier les noms ; ceux-ci ont donc été effacés.

M. ____ de Wellington, laitier de profession, a déclaré que, pendant trois ans, il avait souffert de gastrite chronique et était paralysé des deux jambes, de la hanche jusqu’aux pieds. Il ne pouvait avancer qu’en se traînant avec des béquilles. De graves problèmes de la colonne vertébrale ainsi qu’un travail extrêmement dur avait causé ce mal. "Le dimanche 4 juin", continue-t-il, "je me suis rendu à l’hôtel de ville avec les béquilles ; j’ai vu d’autres personnes être guéries, et j’ai reçu la conviction que Dieu allait me guérir. Je me suis avancé, M. Wigglesworth a imposé les mains sur moi et l’un de ses assistants m’a oint d’huile. M. Wigglesworth m’a dit de marcher. Je lui ai tendu mes béquilles et je suis rentré à la maison en marchant. Alors que la guérison s’opérait, j’ai eu la sensation qu’une paire de bas serrés m’était retirée des jambes. Ma santé n’a cessé de s’améliorer depuis le 4 juin. Pendant 14 ans, j’avais eu un kyste à la nuque et j’avais souvent demandé aux médecins de me l’enlever. Ils ne semblaient pas très pressés de le retirer. Le kyste a grossi jusqu’à atteindre la taille d’un œuf de poule. Le matin suivant ma guérison, lorsque je me suis réveillé, j’ai constaté que le kyste avait complètement disparu."

"Déclaré à Wellington ce 20 juin 1922".

Mme ____ déclare qu'il y a plus de trois ans, des varices avaient éclaté dans sa jambe. "Je suis allée deux fois à l’hôpital" dit-elle. "Le repos de l’hôpital a fait du bien à ma jambe, mais dès que je suis sortie et que je me suis servi de ma jambe, les varices ont éclaté. La fois précédente, à l’hôpital, le médecin avait enlevé les veines de la jambe ; un ulcère s’est formé à l’extérieur de la jambe gauche. Je devais marcher avec une canne et ne faisais que boiter. La douleur était intense. Je me suis rendue à l’hôtel de ville. M. Smith Wigglesworth a prié pour moi ; j’avais la foi que Jésus me guérirait.

La douleur a cessé et n’est pas revenue. J’ai pu me débarrasser de ma canne et j’ai couru dire à ma mère que j’étais guérie et que je pouvais à nouveau prendre le train.

Maintenant ma jambe est bien rétablie. L’ulcère guérit chaque jour un peu plus. Je loue Dieu pour la bonté dont Il a fait preuve envers moi. Maintenant je peux à nouveau faire la lessive et le ménage moi-même. Avant, il me fallait toujours de l’aide pour les tâches ménagères".

"Déclaré à Wellington ce jour, le 23 juin 1922".

Mme ____ de Wellington raconte que son fils Ronald (âgé de 11 ans) s’est cassé le bras il y a environ 5 ans. Le bras a été mal remis en place et était légèrement plus court que l’autre. Son fils ne pouvait pas le plier. Elle l’emmena à l’hôtel de ville. Maintenant, les bras de son fils sont tous deux de la même longueur. Il peut désormais plier le bras qui était cassé et toucher son épaule. Avant cela, elle avait dû lui faire faire des massages au bras pendant douze mois complets, sans aucune amélioration. Cette dame déclare que sa fille Mavis, qui avait souffert des végétations, a été aussi complètement guérie. Depuis cela, elle n’a plus ressenti aucun problème de respiration.

Cette déclaration a été faite le 20 juin.

Mademoiselle ____ déclare que, pendant quatorze ans, elle a eu un problème aux yeux : l’œil droit déviait complètement vers l’intérieur et elle avait toujours porté des lunettes pour corriger sa vue. Le dr. ____ a dit qu’elle aurait toujours besoin de les porter : "Je suis allée à l’hôtel de ville” ajoute-t-elle, “le deuxième dimanche de la mission, le 4 juin. J’y étais déjà allée plusieurs fois pour prendre soigneusement note du déroulement des réunions. Je suis Chrétienne depuis l’âge de 9 ans et j’étais sûre que Christ allait guérir ma vue. M. Wigglesworth a placé ses mains sur mes yeux, et l’œil droit s’est tout de suite remis en place. Je n’ai plus remis mes lunettes, et ma vue s’est fortifiée de jour en jour. A présent, mes deux yeux sont excellents et j’ai une vue formidable".

"Déclaré à Wellington, ce 21 juin"

Les résultats de guérison pendant la campagne ont été absolument remarquables. Si l’on considère les innombrables témoignages écrits, il ne serait pas exagéré de dire qu’au moins soixante-quinze pour cent des personnes qui se sont avancées ont été guéries de manière définitive.

"Et tous furent frappés de la grandeur de Dieu." (LUC 9:43)

Ce qui suit est la copie d’une publicité parue dans le "Evening Post" du 1er juillet 1922.

CAMPAGNE DE REVEIL DE SMITH WIGGLESWORTH

HOTEL DE VILLE
Dimanche 2 juillet au matin, 10H30. Communion pour tous.
Dimanche 2 juillet au soir, 6H30. Invitation à l’attention particulière des convertis.

EGLISE METHODISTE, RUE TARANAKI :
Lundi 3 juillet au matin, 10H30. Lundi 3 juillet au soir, 7H30.

HOTEL DE VILLE
Mardi 4 juillet au matin, 10H30. Mardi 4 juillet au soir, 7H30.
Mercredi 5 juillet au matin, 10H30.

EGLISE METHODISTE, RUE TARANAKI :
Mercredi 5 juillet au soir, 7H30.
Jeudi 6 juillet au matin, 10H30. Jeudi 6 juillet au soir, 7H30.

HOTEL DE VILLE
Dimanche 9 juillet au matin, 10H30. Dimanche 9 juillet au soir, 6H30.
Lundi 10 juillet au matin, 10H30. Lundi 10 juillet au soir, 7H30.

Seulement 50 tickets seront distribués chaque jour aux personnes malades. Vous pourrez vous les procurer à l’entrée, le dimanche après-midi à 5H30 et, en semaine, l’après-midi à 6H30.
Les mouchoirs doivent être clairement marqués à votre nom et accompagnés d’une enveloppe timbrée à votre adresse,au cas où vous ne vous trouveriez pas en ville à ce moment-là. Les mouchoirs qui n’auront pas été réclamés se trouveront chez Harris, au 3 Ellice Ave. Envoyer un timbre, ou appeler le soir en fournissant des précisions. 

H. ROBERTS, Secrétaire honoraire.

La grande église de la rue Taranaki fut bientôt remplie et il fallut renvoyer la foule. A un certain moment, les policiers en service durent rétablir l’ordre car les gens pressaient Smith Wigglesworth si fort contre sa chaire qu’il était incapable de bouger.

Cet incident nous rappelle l’exemple décrit dans MARC 3:10 : "Car, comme Il guérissait beaucoup de gens, tous ceux qui avaient des maladies se jetaient sur lui pour le toucher."

Beaucoup de gens étaient guéris, comme à l’époque de Christ. L’endroit était imprégné d’une présence toute-puissante, qui forçait la crainte de Dieu.

Un garçon de onze ans, qui souffrait d’une paralysie infantile, fut amené par son père à la réunion. Il n’avait jamais marché et ses jambes étaient trop faibles pour le supporter ; elles étaient en forme de X, atrophiées et tordues. "Asseyez-le" ordonna-t-on, puis : "Dans le nom de Jésus-Christ, lève-toi !". Suite à cela, ses jambes se débloquèrent et il se leva en s’aidant de ses mains. "Maintenant, marche, dans le nom de Jésus !". Cela peut sembler impossible, mais ces jambes, qui étaient aussi fines que des allumettes, commencèrent à bouger. Les genoux se débloquèrent et, en se balançant, il se mit à marcher. Son père pleura de joie.

CAMPAGNE DE REVEIL DE SMITH WIGGLESWORTH

H O T E L D E V I L L E • H O T E L D E V I L L E
CE SOIR (MERCREDI), A 7H30
Des scènes merveilleuses ! Des foules guéries de leurs maladies !
Plus de mille personnes converties. Dieu vient à Wellington en amenant une puissante vague de salut. L’hôtel de ville est trop petit pour contenir ces foules immenses.
Il y a débordement. Des centaines de personnes ne peuvent entrer.
JEUDI MATIN, À 10 HEURES, A L’HOTEL DE VILLE,
M. Wigglesworth priera pour tous les malades qui possèdent une carte.
Hier soir, les yeux des aveugles se sont ouverts, les boiteux se sont mis à marcher, les sourds ont commencé à entendre.
Alléluia !

H. Roberts, Hon. Sec.

1100 personnes malades et souffrantes sont venues, et on a prié pour chacune d’entre elles. Smith Wigglesworth a nommé 3 autres personnes pour l'aider : le pasteur Roberts, M. Lovelock et le révérend Catchpole, qui était un ministre baptiste. Chacun se tenait dans un coin de l’hôtel de ville. Toute la pièce était imprégnée d’une puissance vivante et toutefois indéfinissable. Des centaines de témoignages, oraux et écrits, ont été donnés, attestant que toutes sortes de maladies ont été guéries et que des démons ont été chassés. Beaucoup parlaient de l’importante élévation spirituelle qu’ils avaient reçue.

"L’ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait" (LUC 5:6)

Smith Wigglesworth a été grandement utilisé par Dieu dans le domaine de la guérison, mais ce n’était pas son seul but. Il croyait en un “Evangile à quatre piliers” :

• le salut à travers le sang.
• la guérison divine par Ses meurtrissures.
• le baptême par le Saint-Esprit et la sanctification.
• la seconde venue de Christ.

On cite ainsi Smith Wigglesworth : “Je préfère voir une âme sauvée plutôt que 10 000 guéries”.

Smith Wigglesworth prêchait la guérison et il la pratiquait pour attirer les gens, comme le faisait Christ. Un soir, à l’hôtel de ville, 500 personnes ont pris la décision de suivre Christ. On estime à 2000 le nombre d’âmes sauvées durant toute la campagne.
Le dr. Oswalk J. Smith a dit : “Il en a été ainsi chaque fois que le Saint-Esprit s’est réellement répandu, et il en sera encore ainsi chaque fois que cela se reproduira. Les gens seront convaincus de péché. Les hommes seront touchés dans leur cœur comme au jour de la Pentecôte. C’est précisément là ce qui fait cruellement défaut dans le travail aujourd’hui. Il n’y a que peu ou pas du tout de conviction.”

Smith Wigglesworth a raconté l’expérience d’une jeune femme qui fut ressuscitée des morts pendant une réunion de l’hôtel de ville de Wellington. On lui avait demandé de prier pour une femme mourante atteinte de tuberculose. Il est resté la nuit pour veiller sur la patiente et prier pour elle. Pendant la nuit, elle mourut. Satan apparut près du lit, se moquant de lui et disant : "Je la tiens pour de bon". Smith Wigglesworth raconta alors qu’il "lui semblait être en enfer et que tout était comme transformé en cuivre". Ce récit produisit la même manifestation divine à l’hôtel de ville de Wellington. Tout ce que Smith Wigglesworth avait éprouvé dans cette chambre de la mort fut projeté dans la réunion par la puissance de l’Esprit. Les gens avaient l’impression d’être en enfer même. Tout dans la salle semblait être en cuivre massif, y compris les gens. La tension fut brisée lorsque Smith Wigglesworth raconta comment il supplia Dieu de l’aider et l’implora par le sang. Son âme fut remplie de la foi de Dieu et il se battit en priant jusqu'à la victoire. Alors le Seigneur ressuscita la femme, la ramenant à la vie. C’est après cette manifestation divine à l’hôtel de ville que cinq cents âmes furent sauvées.

Quand on lui demanda le secret de son succès, Smith Wigglesworth répondit : "Ah ! Cette question me remplit de peine, mais je vais y répondre. Je suis un homme au cœur brisé. Il y a onze ans, ma femme est décédée. Elle représentait tout pour moi. Après les funérailles, je suis retourné sur sa tombe et je me suis couché dessus. Je voulais y mourir. Mais Dieu me parla et me dit de me lever et de partir. Je Lui ai dit que s’Il me donnait une double portion de l’Esprit, celle de ma femme et la mienne, j’irais prêcher l’Evangile. Dieu a été miséricordieux et il a répondu à ma demande. Mais je navigue sur les océans en solitaire. Je suis un homme seul et, bien souvent, je ne peux rien faire d’autre que pleurer."

"Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé: O Dieu! tu ne dédaignes pas un cœur brisé et contrit ". PSAUME 51:1

Smith Wigglesworth a insisté sur la nécessité d’être rempli de l’Esprit, selon ACTES 2:4,et il croyait fermement que les dons de l’Esprit devaient être utilisés dans l’Eglise d’aujourd’hui. Il blâmait l'incapacité actuelle de l’Eglise à suivre ce qu’enseigne clairement la Bible sur le Saint-Esprit.

Le réveil de Wellington a été un véritable réveil opéré par le Saint-Esprit. Voici quelques statistiques montrant des parallèles par rapport aux œuvres que l'on trouve dans la Bible :

• Deux mille personnes se sont décidées pour Christ.
• Des centaines de personnes ont été guéries par imposition des mains.
• Des miracles de guérison se sont produits par le biais de mouchoirs.
• Des esprits impurs ont été chassés.
• Il y eut beaucoup de joie dans la ville.
• De nombreuses personnes ont été ensuite baptisées d’eau.
• Environ 800 personnes ont été ensuite baptisées du Saint-Esprit, avec le signe du parler en langues.

Discours 1 – La Sainteté

donné à l’hôtel de ville de Wellington, en Nouvelle-Zélande.

1 PIERRE 1:1-2 : "Pierre, apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l’Asie et la Bithynie, et qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l’Esprit, afin qu’ils deviennent obéissants, et qu’ils participent à l’aspersion du sang de Jésus-Christ: que la grâce et la paix vous soient multipliées!"

Nous limitons ce que nous recevons de Dieu, parce que notre esprit n’est pas disposé à se soumettre, et notre cœur n’est pas suffisamment engagé.

Les persécutions arrivent lorsque l’Esprit de Dieu bouge. Il en est ainsi parce que la nature humaine, la chair, est contre les choses divines, et les puissances maléfiques profitent de cet état de fait pour agir. Le sang de Jésus est puissant et il purifie. Les révélations viennent après que le péché a été chassé, ce qui nous élève à un niveau supérieur. Dieu a "élu" chaque personne pour le salut. Il nous appartient de décider si nous acceptons cette élection et de nous en montrer dignes. Satan domine les pensées et il aveugle les gens par rapport à cette "élection".

Il n’y a pas de sanctification si elle ne nous mène pas à l’obéissance. La Parole de Dieu est claire : elle doit être acceptée telle quelle ; il n’est pas nécessaire de prier dessus. Si vous priez sur la Parole de Dieu, il y a désobéissance. Si la Bible parle du baptême d’eau, du parler en langues, de la communion et des réunions, alors vous devez obéir.

Pas de place pour les "mais" ou les "si". Il n’y a que des "je vais" et "je ferai".

Jésus-Christ est mort et a payé le prix pour le monde entier. Ceux qui n’acceptent pas cela refusent le sang de Jésus de manière non équivoque.

La paix vient de la sanctification. La sanctification apporte les révélations, ce qui vous transporte dans les lieux célestes. C’est un endroit où Dieu parle et se révèle à vous.

Verset 3 : "Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts."

L’espérance vivante est exactement l’opposé de quelque chose de mort, exactement le contraire de quelque chose de normal. L’espérance vivante est prête… elle attend… l’espérance vivante est remplie de la joie d’attendre le Roi. Nous ne pouvons éprouver de l’amour pour les choses du monde car elles ne sont pas comparables aux gloires de l’éternité.

Verset 4 : "…pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux."

Premièrement, il est incorruptible. Deuxièmement, non souillé. Troisièmement, il ne flétrit pas. Quatrièmement, il vous est réservé dans les cieux. Tout cela, c’est la récompense de Dieu pour nous. Nous ne devons jamais perdre cela de vue.

Discours 2 – Trouver le repos

donné à l’hôtel de ville de Wellington, en Nouvelle-Zélande.

2 CORINTHIENS 10:4-5 : "Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ."

Le Saint-Esprit va se saisir de la Parole, la rendant puissante en vous, jusqu’à ce que toute mauvaise chose qui se dresse contre l’obéissance et la plénitude de Christ disparaisse complètement. Le baptême du Saint-Esprit vous apporte un repos parfait.

Le Saint-Esprit va révéler la Parole dans notre corps. Il va séparer l’âme de l’esprit, jusqu’à ce que l'on ne recherche plus la complaisance, qui va à l’encontre des pensées et de la volonté de Dieu.

HEBREUX 4:12 : “Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.”

C’est le Saint-Esprit qui donne de la puissance à la Parole.
Vous devez avoir Christ en entier, une pleine rédemption. Vous devez être rempli du Saint-Esprit ; c’est un canal au travers duquel Il peut circuler.

Ne résistez pas au Saint-Esprit !

ACTES 7:51 : "Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d’oreilles! vous vous opposez toujours au Saint-Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi."

Discours 3 – Les dons du Saint-Esprit

donné à Wellington, en Nouvelle-Zélande.

Nous devons désirer les dons spirituels.

Smith Wigglesworth a parlé de 3 sortes de prophéties. La première, le “ministère du Saint-Esprit”, c’est lorsque quelqu’un exprime les pensées du Saint-Esprit, avec des paroles prophétiques qui coïncident toujours avec la volonté de Dieu. La deuxième est le "témoignage". Lorsque quelqu’un donne un témoignage dans l’Esprit, c’est l’Esprit qui témoigne, non pas l’homme. APOCALYPSE 19:10 : "Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie." La troisième, ce sont les paroles prophétiques prononcées dans l’assemblée, lorsque tout le monde sait que cela provient du Seigneur. Elles réconfortent, consolent et édifient.

Lorsque nous prions dans l’Esprit, c’est l’Esprit qui prie à notre place. Jésus entend l’Esprit prier :

• L'avocat, c’est Jésus.
• C’est le Père qui répond.
• C'est le Saint-Esprit qui prie.

ROMAINS 8:27 : "…et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints."

Le Saint-Esprit nous édifiera pour que nous puissions édifier l’église. Le Saint-Esprit peut vous apporter la liberté. Le Saint-Esprit, c’est la sagesse, la prophétie et toute révélation.

Extrait du livre "Wigglesworth - Down Under"
de Harry V. Roberts
Jubilee Resources NZ
PO Box 36-044
Wellington 6330
Nouvelle-Zélande