Un temps pour être guéri

L'Esprit du Seigneur a dit : "Aujourd'hui, Hugo sera guéri"

Souvent, dans nos prières, nous ne considérons pas le pouvoir tout-puissant de Dieu, pouvoir qui remplit toutes les étapes de notre vie. Notre Dieu plein de sagesse est Tout-Puissant. Le monde est régi par sa prévoyance, et certains événements sont prédestinés selon un emploi du temps divin (DANIEL 4:35).

J'aimerais vous raconter comment mon mari a été guéri de son mal de dos. Cela illustre si bien ce que nous lisons dans ECCLESIASTE 3:1,3 : "Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux; un temps pour tuer, et un temps pour guérir; un temps pour abattre, et un temps pour bâtir."

En 1947, mon mari s’est blessé au dos. Après de nombreux examens et radiographies, il a été finalement conclu que l’une de ses vertèbres était cassée. On lui proposa de recourir à une opération, mais sans aucune garantie de succès. Il refusa donc.

Pendant plusieurs années, il souffrait à intervalles réguliers. Parfois, les médecins devaient venir chez nous tous les jours pour lui administrer une piqûre de morphine tellement la douleur était forte. Il pouvait se sentir mieux pendant un certain temps, mais ensuite un seul faux mouvement faisait réapparaître la douleur.

A cette époque, il était pasteur. Tous les évangélistes qui nous rendaient visite priaient pour lui. Ils l’exhortaient à avoir la foi ; ils le sortaient du lit et l’inclinaient en avant. Mais après leur départ, la douleur due à l'épuisement était parfois pire qu'avant.

Souvent, des Chrétiens bien intentionnés le questionnaient sur son dévouement et sur sa foi. Est-ce que tout était en ordre entre lui et Dieu ? Nous avons tendance à penser trop vite que la maladie est la conséquence de nos péchés. Nos mauvais jugements peuvent provoquer beaucoup de chagrin et d'injustice.

Les disciples ont fait la même erreur lorsqu'ils se sont renseignés sur l'aveugle : "Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle?" Jésus répondit : "Ce n'est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c'est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui" (JEAN 9:2-3).

Après chaque visite de ces Chrétiens remplis de bonnes intentions, mais se trouvant dans l’erreur, je devais venir à bout de la douleur spirituelle et de l’auto-condamnation de mon mari. Je savais qu'il n’y avait pas de péché dans sa vie ; même pas de péché dont il ignorait l'existence, car c’était un homme humble, doté d’une maturité spirituelle et d’un caractère chrétien. Un matin, très tôt, l'Esprit du Seigneur me réveilla et prononça ces mots dans mon cœur :

"Aujourd'hui, Hugo sera guéri. Oins-le d'huile et lis JACQUES 5:14-15. La prière de la foi le délivrera de sa maladie et le Seigneur le rétablira."

J’ai répété avec agitation ce message de guérison à Hugo en lui disant : "Père, le Seigneur m'a dit que tu serais guéri ce matin". Il m'avait déjà entendue dire ces mêmes mots beaucoup trop souvent. Je lui dis : "Je vais chercher ton petit-déjeûner et, après, je vais appeler Mère et nous prierons toutes les deux pour toi". Je suis descendue pour préparer le plateau de son petit-déjeûner. Avant de l’apporter à l’étage, je suis allée à la boîte aux lettres. Je voulais lire le courrier pendant qu'il mangeait. Il y avait une lettre-fax de sœur Straisinger de Californie. C’était une amie précieuse qui correspondait avec moi depuis qu'elle avait lu un article que j'avais écrit dans le "Pentecostal Evangel" (L’Evangile Pentecôtiste). Je n'avais jamais fait sa connaissance en personne, mais je lui avais beaucoup parlé de la maladie de mon mari.

Voici le contenu de sa lettre :

"Dimanche soir, j'étais extrêmement inquiète au sujet de votre mari et j’ai ressenti le besoin de demander à mon pasteur d'oindre un mouchoir et de prier dessus, ce qu'il a fait. Je vous l'envoie tout de suite et, lorsque vous l'aurez reçu, mettez-le sur le corps de votre mari, priez et lisez JACQUES 5:14-15, et il sera guéri."

Mon coeur tressaillit de joie. Quelle merveilleuse confirmation de ce que Dieu m'avait dit auparavant, et quelle parfaite synchronisation !

Nous avons prié et posé le mouchoir sur le corps de mon mari et, bien qu’il n’y ait pas eu de preuve visible de sa guérison, il a commencé à se rétablir à partir de ce jour. Il n'a dès lors plus jamais eu de problèmes de dos.

Si vous avez besoin de guérison, armez-vous de courage. Un délai ne signifie pas un refus. Dieu est Seigneur et c’est Lui qui fixe Son temps pour guérir.

Par l’évangéliste Daena Carguel

Traduit de l’allemand : "Eine Zeit, um geheilt zu werden"
Source : "Pentecostal Evangel"