Le Pape et l’Eglise

Qu’en dit la Bible ?

On proclame le Pape comme étant le 'Vicaire de Jésus Christ', 'Le Saint Père', et la 'Tête de l’Eglise Universelle'.
On affirme aussi que l'apôtre Pierre était le premier pape, qu’il fut désigné comme tel par le Seigneur Jésus-Christ, et que les papes de l’époque moderne reignent grâce au droit de succession apostolique.
Le but de ce dossier est de démontrer à partir de faits bibliques que de telles revendications sont fausses.

Huit raisons bibliques démontrant l'inexactitude de la papauté :

1. N’APPELEZ PERSONNE " PERE ". En référence à ceux qui se disent être des dirigeants spirituels, Jésus a dit, " Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux." (MATTHIEU 23:9; Bible Catholique Romaine de Douai – à laquelle se rapportera l’abbreviation « D.V » par la suite.)

Le titre de 'Pape' venant du latin 'papa', signifie 'père', et le pape est communément nommé 'Le Saint Père'. Ce titre renie la Parole de Christ.

2. UN CORPS NE PEUT AVOIR DEUX TETES. La Bible compare la veritable Eglise à un corps humain, avec Christ à sa tête. Nous lisons "... Christ est le chef de l'Église,(…) dont il est le Sauveur." (EPHESIENS 5:23 D.V.)

On proclame le Pape comme étant la 'Tête de l’Eglise Universelle'. Il ne peut pas en être ainsi. Un corps à deux têtes est une monstruosité ! Christ est la tête de l’Eglise.

3. JESUS CHRIST N’A PAS DE VICAIRE. Vicaire, du latin 'Vicarius', signifie 'à la place de'. Le sacrifice vicarius de Christ, par exemple, est le sacrifice de Sa propre personne à la place des pécheurs. Des revendications papales telles que l’infallibilité, la notion de Chef de l’Eglise, le Saint Père ; toutes essayent de mettre le pape à la place de Christ, place que le Christ Vivant seul peut avoir.

Cette présomption fausse de Rome est expressement exprimée dans le titre papal, 'Vicaire de Jésus Christ'.

Le Nouveau Testament a été écrit en grec, et la traduction grecque de 'Vicaire de Christ' est 'Anti-(au lieu de)-christos', ou, dans nos Bibles françaises, 'Antéchrist'. Le mot 'Antéchrist' est non seulement un mot d’insulte, mais aussi un avertissement de la Bible sur le faux rôle assumé par les papes de Rome comme vicaires présumés de Christ (Voir 1 JEAN 2:18 D.V.).

4. PIERRE N’ETAIT PAS LE PREMIER PAPE. Pierre dit, " non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage..." (1 PIERRE 5:3). Jésus dit, " Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. Il n'en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur. " (MATTHIEU 20:25-26 D.V.)

Le pape est intronisé lors d’une cérémonie glorieuse. Il est couronné d’une triple courrone, désignant sa prétendue autorité sur les trois royaumes des cieux, de la terre et de l’enfer. Il est acclamé 'Souverain Pontife' et le titre latin de 'Pontifex Maximus' lui est donné ; titre qui était également donné aux anciens Césars de la Rome Impériale païenne.

A la lumière des paroles de Christ citées plus haut, et de celles de Pierre, Pierre ne pouvait pas être pape !

Les premiers martyrs chrétiens, dont Pierre, comme nous sommes amenés à le croire, sont morts entre les mains du 'Pontifex Maximus' régnant à leur époque.

5. PIERRE ETAIT AUSSI UN HOMME. Lors de l’élection d’un nouveau pape, les Cardinaux de l’Eglise Catholique Romaine se prosternent aux pieds du pape, en signe de soumission totale.

Un incident interressant dans la vie de Pierre démontre, à ce sujet, que Pierre ne pouvait pas être pape. Il est écrit, " Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. Mais Pierre le releva, en disant: Lève-toi; moi aussi, je suis un homme. " (ACTES 10:25-26 D.V.)

6. PIERRE, UN HOMME MARIE. Le statut marital de Pierre est clairement indiqué dans la Bible. Dans MATTHIEU 8:14 (D.V.) nous lisons, " Jésus se rendit ensuite à la maison de Pierre, dont il vit la belle-mère couchée et ayant la fièvre."

Dans l’Eglise Catholique Romaine il est impensable que le pape puisse être un homme marié. Pierre, qui était marié, est pourtant supposé avoir été le premier pape. La Bible nous met en garde contre l’interdiction du mariage. Nous lisons : " Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,…prescrivant de ne pas se marier..." (1 TIMOTHEE 4:1,3 D.V.)

7. CHRIST EST LE ROCHER, NON PIERRE. Rome revendique que Pierre était le rocher – c’est-à-dire le fondateur de l’Eglise – par rapport au passage de l’Evangile en MATTHIEU 16:16-18. Ceci est cependant une erreur car elle met de coté la base même du Nouveau Testament, et ignore délibérement la référence que Jésus fait à la confession de Pierre, divinement révélée : " Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. " (verset 16). Son Eglise devait être fondée sur le rocher que Pierre venait de confesser, c’est à dire, sur Lui, le Christ, le seul fondement.

La Bible dit, " ils buvaient à un rocher spirituel… et ce rocher était Christ." (1 CORINTHIENS 10:4 D.V.) Nous lisons également : " Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus Christ." (1 CORINTHIENS 3:11 D.V.)

8. PIERRE N’ETAIT PAS INFALLIBLE. Les papes revendiquent qu’ils sont infallibles en matière de foi et de religion. Le pape actuel a récemment réaffirmé ce dogme. Nous lisons au sujet de Pierre à l’époque où il est supposé être devenu le premier pape infallible, "… il (Pierre) était répréhensible " Des détails intéressants sur la fallibilité de Pierre sont donnés en GALATES 2:8-14 (D.V.).

A la lumière de la Bible, c’est une erreur de considérer l’« infallibilité papale » et la revendication que Pierre était le premier pape de la sorte.

Les faits de l'histoire biblique confondent les revendications papales

Les auteurs catholiques romains déclarent en général que Pierre était le premier évêque ou pape de Rome entre 42 et 68 après J-C ; certains auteurs faisant légèrement varier ces dates. On ne trouve dans la Bible absolument aucune preuve que Pierre ait jamais été à Rome. Au contraire, toute preuve biblique tend à démontrer l’inverse.

La chronologie suivante vaut le coup d’œil :

41 ap.J-C Pierre à Césarée, Palestine (ACTES 10:24).
43 ap.J-C Emprisonement en Judée, Palestine (ACTES 12:1-19).
43 ap.J-C Pierre à Césarée, Palestine (ACTES 12:19).
42-52 ap.J-C Pierre à Antioche, Syrie, à un moment donné entre ces dates (GALATES 2:8-14).
52 ap.J-C Pierre à Jérusalem (ACTES 15:4-7).
60 ap.J-C Pierre écrit de Babylon (1 PIERRE 5:13).
60 ap.J-C Pierre n’est manifestement pas à Rome. Paul, quand il écrit aux Romains en 60 Ap J.C, salue par leur nom environ 30 chrétiens éminents à Rome. Pierre n’est pas même mentionné une seule fois, cela aurait été un grand manque de courtoisie si Pierre avait été le pape de Rome (ROMAINS 16:1-15).
60 ap.J-C Une fois de plus Pierre n’est manifestement pas à Rome. Cette année-là Paul écrivit de Rome disant, " Luc seul est avec moi." Et aussi, " Dans ma première défense, personne ne m'a assisté," (2 TIMOTHEE 4:10-17). Paul était en procès devant César à Rome. Si Pierre était pape, il avait certainement laissé tomber Paul.
68 ap.J-C Martyre de Pierre. Il n’y a pas de certitude quant au lieu où il a eu lieu. Si c’est à Rome, comme le revendique l’eglise Catholique Romaine, ce fut probalement la seule fois que Pierre était à Rome. Jésus dit au sujet de sa mort, " mais quand tu seras vieux, tu étendras tes mains, et un autre te ceindra, et te mènera où tu ne voudras pas. Il dit cela pour indiquer par quelle mort Pierre glorifierait Dieu." (JEAN 21:18-19).

Pas d'argumentation possible

La citation suivante est extraite d’un ancien dictionnaire Biblique :

« Des auteurs papistes ont affirmé que Pierre avait été évêque de Rome pendant les années 43 à 68 après J-C. Durant cette période Paul écrivit une fois aux romains, six fois de Rome à d’autres églises, a été au moins une fois dans la ville et y séjourna deux années entières ; il n’y a en revanche pas la moindre indication que Pierre y ait été une seule fois, et il aurait été aberrant qu’il y soit venu sans que Paul ne le mentionne. »

Paul gouvernait les affaires de l’Eglise de Rome, leur a donné des lignes de conduite, et a mentionné les principaux chrétiens de la ville par leur nom, hommes et femmes. Il n’a cependant pas dit un mot au sujet de Pierre, qui, selon les Romanistes, y siégeait sur son trône, et avait gouverné sur l’Eglise avant l’arrivée de Paul, lors de sa résidence et après son départ. Il est certain que si Pierre avait été à Rome, quelques mentions en auraient été faites par l’apôtre Paul.

Si Pierre n’a jamais été à Rome, la suprématie du pape s’écroule. L’idée qu’il ait été le premier évêque de Rome est ridicule et il n'y a PAS D'ARGUMENTATION POSSIBLE

Attaquer l'erreur, pas les personnes

Il est souvent nécessaire de réfuter l’erreur afin de trouver la vérité du salut biblique. Le but n’est pas d’attaquer la personne qui a été trompée par cette erreur, mais de l’aider.

Dans la Bible, Dieu ne classifie pas les gens comme catholiques ou protestants. Aujourd’hui les églises de dénomination protestante ont mis de coté les Ecritures, ainsi que la voie du salut biblique, tout autant qu’ils sont eux-même mis de côté par les faux enseignements du catholicisme.

Le Seigneur Jésus Christ est mort pour tous les hommes, et tout homme a le droit de connaître la vérité de Dieu malgré les fables et commandements d’hommes " qui se détournent de la vérité." (TITE 1:14).

Une seule alternative constructive

Beaucoup de protestants de nom, qui n’ont jamais obéit à l’évangile, ni vécu l’expérience personnelle du salut, brandissent la Bible et se glorifient en identifiant les erreurs de Rome.

En révélant l’erreur, la Bible offre une solution : le salut par la puissance du Saint-Esprit, reçu au nom du Seigneur Jésus-Christ. Négliger ce grand salut, c’est faire la même erreur que ceux dont nous condamnons l’enseignement !

La réponse est dans la croyance et la soumission à l’évangile biblique ; la " seule foi " transmise autrefois aux saints (cf. EPHESIENS 4:5; JUDE 3). Le modèle de la Bible est d’être miraculeusement " né de nouveau " par l’Esprit de Dieu et de parler en langues comme à la Pentecôte. Des millions de personnes aujourd’hui dans le monde se réjouissent de cette puissante experience. Le Dieu de la Bible chrétienne est vivant, et tout comme Jésus l’a promis, la prédication de l’Evangile s’accompagne " de signes et de miracles " qui confirment le seul et unique vrai évangile : MARC 16:15-20.

Source: 'Revival Publications', Australie.