Le monde que Dieu créa

Une brise chaude fait légèrement ployer les cimes des fougères géantes à une trentaine de mètres au-dessus de votre tête. Mais on peut entendre plus que la caresse douce et tiède du vent qui masse la surface de la terre. Le bourdonnement presque reposant d’une libellule saisit votre attention. En vous retournant, vous voyez
l’insecte de couleur vive, d’une envergure aussi longue que vous êtes grand. Un bruit d’éclaboussures comme si l’on jouait dans l’eau vous entraîne à travers un verger aux arbres chargés de fruits, et vous voyez trois sauropodes batifoler dans la rivière toute proche. Au-dessus de votre tête, un ptérosaure, suivi de deux de ses petits, tournoie en faisant des cercles de plus en plus serrés. Comme vous êtes distrait par ces merveilles, vous ne remarquez le lion qu’au dernier moment quand il vous effleure la jambe de sa queue, pour vous saluer.

Le monde que Dieu conçut et créa pour l’homme, à l’origine, était largement différent du monde que nous connaissons aujourd’hui. La beauté extraordinaire qui demeure aujourd’hui, après 6000 ans de ravages faits par le péché sur la Terre, ne reflète qu’un soupçon de la beauté dont Dieu a doté, au départ, Sa riche création. De nombreuses reconstitutions évolutionnistes du passé, quoique confuses au sujet de l’échelle du temps, commencent à nous montrer quelques-unes des merveilles du monde que Dieu créa à l’origine. Hélas, ces représentations amènent beaucoup de personnes à croire que de telles vues exotiques et de telles créatures merveilleuses ont existé il y a des millions voire même des milliards d’années.

Quand Dieu l’a-t-Il fait ?

Quel âge pensez-vous que la Terre semblait avoir, un an seulement après sa création ? Les géologues évolutionnistes nous racontent que l’érosion des nouvelles roches forme du sable et de la terre, et que la formation de plages par la mer prend des centaines de milliers d’années. C’est pourquoi, on ne s’attend pas à voir des plages ou des sols apparaître sur une Terre qui n’est âgée que de cinq ans. Ou peut-on s’y attendre ?

En 1963, au large de la côte islandaise, à plus de 100 mètres au-dessous de la surface de l’océan, une roche volcanique en ébullition commença à s’infiltrer dans l’eau froide de l’océan. En 1967, environ 800 m² de nouvelle roche brûlante avait formé une île toute neuve, là où il n’y avait autrefois que l’océan. Cette nouvelle île fut appelée Surtsey. L’été suivant, des scientifiques sont arrivés sur l’île pour l’étudier de plus près. Ils découvrirent que la mer avait provoqué l’érosion d’une falaise basaltique sur la plage, sur plus de 100 m vers l’intérieur de l’île en moins de cinq ans. Plusieurs parties de l’île avaient déjà des plages en terrasses de près de 100 m de large. Sur la côte nord de l’île, du sable nouvellement formé avait érigé une dune de sable, qui s’étendait à presque 330 m au-delà de l’île d’origine.

Que ce serait-il passé si les géologues n’avaient pas connu l’histoire de Surtsey ? Ils auraient supposé que l’île était âgée de milliers, sinon de centaines de milliers d’années.

La clé est de comprendre que Dieu fit une création entièrement fonctionnelle, et non une création qui, de façon trompeuse, semblerait vieille. Adam et Eve s’apprêtaient à prendre leur premier repas de fruits mûrs, au moment où le soleil s’est couché sur le sixième jour de l’histoire. Et ils mangèrent ces fruits mûrs et juteux provenant d’arbres qui n’avaient jamais fleuri ni produit de fruits. Au lieu d’une création décevante, chaque chose fut tout simplement créée pour pouvoir déjà fonctionner selon son usage.

Il en est de même pour la lumière des étoiles. Une lecture attentive de GENESE 1:17-18 montre que les étoiles furent créées dans le but de produire de la lumière sur la Terre, peu importe leur distance. Pour satisfaire à cet objectif donné par Dieu, même la lumière des étoiles, qui se trouvent à des centaines ou des milliers d’années-lumière, a commencé à briller sur la Terre au moment de leur création.

Quelques évolutionnistes soutiennent le fait que, puisque la lumière des étoiles contient des informations sur l’étoile dont elle provient, alors la lumière des étoiles qui sont à plus de 6 000 années-lumière de la Terre contient de fausses informations sur un processus qui n’a jamais eu lieu. En d’autres termes, la perspective d’une Terre jeune fait passer Dieu pour un tricheur quant aux événements passés relatifs à ces étoiles. (On peut mettre en doute que les évolutionnistes aient jamais eu à cœur de protéger la sincérité de Dieu.)

Dieu a-t-Il créé la lumière des étoiles en cours de route, pour qu’Adam et Eve puissent les voir lors de leur première nuit sur Terre ? Nous l’ignorons. De toute façon, cette possibilité remplirait les conditions bibliques d’une création entièrement fonctionnelle. Même si Dieu avait créé la lumière en cours de route, Il ne l’aurait pas fait de façon trompeuse. Les Ecritures nous disent clairement que les étoiles, ainsi que tout le reste de la création, ne furent pas créées par des moyens naturels, mais par des moyens surnaturels.

Une autre possibilité qui a été avancée est que la vitesse de la lumière (ainsi que les processus nucléaires) était bien plus grande au tout début de la création. Il est possible qu’une étoile ait pu produire sa lumière et remplir tout l’univers de sa signature, juste en quelques secondes après la création. Comme pour chaque reconstitution d’événements singuliers passés, nous ne seront jamais capables de prouver exactement ce qui s’est passé.

La géographie antédiluvienne

La plupart des créationnistes croient que la Terre d’avant le Déluge était très différente de la Terre d’aujourd’hui. La plupart des créationnistes reconnaissent les preuves plutôt solides qui ont été apportées quant à la dérive des continents. Il est très probable qu’avant le Déluge, les plus grosses masses terrestres aient été unies en un grand continent. Certaines personnes telles que le Dr. Walter Brown, avancent que l’activité géologique, renforcée par le Déluge, a brisé cette masse terrestre et a commencé à faire bouger les continents jusqu’à leur emplacement actuel.

D’autres comme Barry Setterfield et Henry Morris, pensent qu’il y a eu un cataclysme post-diluvien, qui a provoqué la division du super- continent. Enfin, certains pensent que cette séparation est mentionnée dans Genèse 10:25, disant que la Terre fut divisée au temps de Peleg.

De plus, Setterfield met en avant l’existence de preuves selon lesquelles l’inclinaison de l’axe de la Terre a vite changé peu après le Déluge. George Dodwell, un astronome d’un précédent gouvernement Sud-Australien, a, lui, avancé la théorie selon laquelle un astéroïde aurait frappé la Terre au moment du Déluge, ou peu de temps après, et aurait changé l’inclinaison de l’axe de la Terre. La Terre continua a vaciller, de plus en plus faiblement, pour se stabiliser dans les années 1850. Ce vacillement expliquerait pourquoi les mesures d’Eudoxos, en 350 av. J-C, situent le pôle Nord céleste là où les astronomes modernes croyaient qu’il aurait dû être en 1900 av. J-C. Cela expliquerait aussi pourquoi Stonehenge ne s’aligne pas avec le solstice de la mi-été. Toutefois, si les évaluations d’Eudoxos étaient correctes, Stonehenge se serait aligné avec le lever du soleil au matin du solstice d’été ! Dodwell continua à soutenir sa théorie avec des évaluations de la position du soleil enregistrées au Temple d’Amen-Ra, à Karnac. Des auteurs plus récents ont aussi mis les calculs de Dodwell en corrélation avec la position du soleil, enregistrée aux temples de Tia Huanaco, en Amérique du Sud.

Si les chiffres de Dodwell sont en essence corrects, l’inclinaison de l’axe de la Terre aurait été moins importante qu’aujourd’hui. L’écart de température aurait alors été beaucoup moins important entre les pôles et l’équateur, par rapport à ce que nous connaissons aujourd’hui. La géologie soutient fermement la thèse de ce cas.

Que l’éclatement du super-continent ait été provoqué par le Déluge, par le choc d’un astéroïde, ou quelque chose d’autre, il demeure pourtant une question plus importante. Les plaques continentales de la Terre pouvaient-elles se déplacer aussi rapidement pour couvrir la distance quelles ont parcouru en seulement 4500 ans ? Des preuves suffisantes appuient ce fait. A partir de l’an 500 apr. J-C, jusqu’à leur invasion par les Incas en 1476, une civilisation importante et puissante vivait au Nord du Pérou actuel. Entre 500 et 1200 apr. J-C, ils construisirent le plus grand réseau de canaux d’irrigation jamais construit en Amérique du Sud. Ce système de canaux fut construit par le biais d’un génie mécanique impressionnant au vu des standards actuels. Les vestiges de ce système de canaux peuvent encore être vus aujourd’hui. En revanche, des transformations géologiques du terrain font que ces canaux ne sont plus en état de fonctionner.

Les géologues qui ont étudié ce système de canaux ont découvert que certains fragments du continent sud-américain se sont déplacés si vite que les Indiens devaient redéfinir en permanence leur système de canaux pour y garder l’eau. Les plaques sur lesquelles se trouvent l’Amérique du Sud, bien au-dessous de la couche terrestre, ont provoqué un changement si rapide de la pente du sol, que les Indiens n’étaient pas en mesure de suivre les modifications géologiques. Manifestement, l’activité des forces qui ont formé la Terre d’aujourd’hui n’a pas nécessité des millions d’années.

Le climat antédiluvien

Les affirmations de la Bible ont conduit de nombreux créationnistes à la conclusion que la Terre pré-diluvienne était ancrée dans une voûte de vapeur d’eau. Cette voûte aurait provoqué l’augmentation de la pression atmosphérique sur la surface de la Terre, à peu près deux fois la pression atmosphérique que nous connaissons aujourd’hui.

Cette voûte aurait retenu la chaleur du soleil dans l’atmosphère, faisant naître un climat de type tropical sur la plus grande partie de la Terre. Si la Terre pré-diluvienne avait une inclinaison de son axe bien moins importante qu’aujourd’hui, alors les saisons n’auraient pas été prononcées. Il est possible qu’un climat tropical se soit étendu presque jusqu’aux pôles. Les preuves d’un climat tropical antédiluvien ont été trouvées près des deux pôles (de la terre), ce qui soutient cette théorie.

Avait-il déjà plu avant le Déluge ? Les Ecritures n’en parlent pas. Genèse 2:5-6 indiquent qu’il n’avait pas plu sur la Terre avant que les plantes ne poussent. C’était plutôt une vapeur qui s’élevait pour arroser le sol. L’allusion au fait que les plantes n’avaient pas encore poussé, juste avant l’allusion au fait qu’il n’avait pas encore plu, pourrait être comprise pour dire que Dieu envoya la pluie une fois que les plantes commencèrent à pousser. Qu’il ne soit plus fait mention de la pluie jusqu’au Déluge n’est pas significatif, car il n’est pas fait mention de la vapeur non plus. Les Ecritures ne nous permettent pas d’avancer une réponse dogmatique à la question de savoir s’il a plu avant le Déluge ou non.

Les chercheurs en médecine moderne ont découvert que le corps humain fonctionne bien mieux lorsqu’il est sous une pression atmosphérique plus élevée que celle d’aujourd’hui. Dans des conditions de forte pression, l’ostéomyélite est inversée ou éradiquée. Les plaies guérissent plus vite, et certaines plaies qui ne guérissent pas du tout sous la pression atmosphérique normale d’aujourd’hui, guérissent complètement sous une pression atmosphérique plus élevée. Souvent les affections du cerveau, la sénilité et les effets d’une attaque cérébrale sont inversées par un traitement hyperbare. De façon générale, le corps entier fonctionne mieux dans des conditions de plus forte pression atmosphérique.

Cette réaction positive du corps à une pression barométrique plus forte pourrait-elle être une preuve que l’homme fut créé à l’origine pour vivre sur la Terre pré-diluvienne ? Nous le découvrirons sans doute lorsque cette création prendra fin et que la Nouvelle Création aura lieu.

Une chose est sûre : les conditions climatiques, qui existaient apparemment sur la Terre antédiluvienne, auraient pu accueillir une plus grande concentration d’animaux et une flore plus luxuriante. Le monde antédiluvien contenait également bien plus de variétés originales de créatures. Cependant, il est probable qu’il y ait eu, avant le Déluge, moins de variétés parmi les espèces. Par exemple, la grande diversité de chiens que nous avons aujourd’hui s’est développée après le Déluge, à partir de l’espèce canine primaire.

La durée de la vie d’Adam

Adam a vécu jusqu’à l’âge de 930 ans selon Genèse 5. Cela ne semble pas possible dans le monde que nous connaissons. Ainsi, beaucoup se posent la question suivante : " Est-il possible qu’Adam ait pu vivre si longtemps ?"

La plupart des effets du vieillissement sont dus à des erreurs génétiques qui se sont accumulées au fil des générations. Cela s’ajoute aux limitations d’âge que Dieu imposa plus tard aux êtres humains. Les premières générations d’hommes, peu après Adam et Eve, auraient accumulé peu d’erreurs génétiques en comparaison. De plus, s’il y avait une voûte de vapeur d’eau sur notre planète, la vie sur Terre aurait été protégée de la plupart, sinon de toutes les radiations cosmiques qui sont un facteur primaire de vieillissement.

Où se trouvait le jardin d’Eden ?

La localisation du Jardin d’Eden a longtemps fasciné les gens. Pendant des générations, des sceptiques ont demandé : " Si la Genèse est vraie, pourquoi ne pouvons-nous pas localiser le Jardin d’Eden ?" La réponse est que nous ne pouvons trouver le Jardin d’Eden, précisément parce que la Genèse est vraie.

Les enfants de l’Ecole du Dimanche fixent les cartes du regard et lisent attentivement GENESE 2:8-14. Ensuite, ils trouvent sur la carte les rivières qui sont énumérées dans ces versets, et essayent d’épingler avec une punaise l’emplacement d’Eden. Pourtant, il existe d’autres passages de la Bible qui localisent l’emplacement d’Eden de façon plus évidente que ceux trouvés en Genèse 2. En GENESE 3:23-24, il est clairement indiqué que Dieu ferma le jardin à l’homme, ce qui veut dire que personne ne pourrait jamais y retourner.

En outre, GENESE 7:11 nous dit qu’au début du Déluge, "toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent". Ces mots qui sont utilisés pour décrire toutes les fontaines qui jaillirent de l’abîme évoquent avec réalisme une éruption volcanique violente et étendue. Le compte-rendu géologique prouve qu’une telle violence s’était bien abattue sur toute la surface de la Terre. L’ouverture des écluses des cieux décrit très bien qu’il s’agit de quelque chose de plus puissant qu’une forte pluie. Pendant le Déluge, toute la surface de la Terre a subi une restructuration brutale.

Oui, aujourd’hui vous pouvez trouver sur des cartes des rivières portant les mêmes noms que ceux qui sont cités en Genèse 2:10-14. Pourtant, ces fleuves sur nos cartes actuelles ont simplement été nommés d’après leurs prédécesseurs antédiluviens. Dieu ferma l’accès d’Eden à l’homme pécheur. Une carte ne pourra pas nous aider à trouver Eden ; le seul chemin pour retourner à Dieu, c’est par Jésus-Christ.

Où Caïn a-t-il trouvé sa femme ?

Beaucoup de personnes se font une image plutôt erronée et non biblique des réunions de famille chez Adam et Eve. Ils s’imaginent Adam, Eve, Caïn et Seth, et une cinquième place laissée vide en mémoire d’Abel. Cela suscite la question évidente qui est de savoir où Caïn a trouvé la femme citée en Genèse 4:17. On a avancé des réponses aberrantes. L’une des suppositions les plus idiotes fut que Caïn " épousa " un singe. Leurs enfants furent les hommes singes dont nous descendons, d’après les dires des évolutionnistes modernes.

Les Ecritures disent clairement qu’Adam et Eve avaient d’autres fils et filles (GENESE 5:4). Caïn a vraisemblablement épousé l’une de ses sœurs. De nos jours, il est imprudent (et normalement illégal) de se marier entre frères et sœurs. La raison est que les mutations et autres modifications génétiques sont nuisibles, contrairement aux souhaits illusoires des évolutionnistes. Puisque notre héritage génétique, alors parfait lorsqu’Adam a été créé, a additionné des mutations et autres troubles génétiques depuis 6000 ans, chacun de nous porte en lui un nombre plutôt important de matériel génétique défectueux. Toutefois, si les deux parents ont le même génome défectueux, il y a de grandes chances que ces troubles génétiques soient la cause de handicaps ou même du décès des descendants. Puisqu’une fratrie a un passé génétique presque identique, il y a de gros risques de même déficience génétique, et des chances moindres d’avoir des enfants normaux.

Les enfants d’Adam et Eve, par contre, portaient un taux infime de déficience génétique (surtout en comparaison avec l’homme moderne). Entre l’improbabilité que deux d’entre eux aient la même déficience génétique et la providence omniprésente de Dieu, des frères et sœurs ont pu alors produire une descendance normale.

de Paul A. Bartz

Source : 'Bible-Science News', Volume 31:3