Marie - Mère de Jésus

De nombreuses personnes, catholiques comme protestantes, tiennent à des croyances pour lesquelles elles n’ont jamais eu de preuves. Elles s’en tiennent à ces croyances loyalement, par principe, parce que ce sont les enseignements de leur jeunesse.

De nos jours, cependant, beaucoup sont ceux qui voudraient plutôt savoir la vérité sur un sujet, telle qu’elle est écrite dans la Bible, que de tenir aveuglément à des enseignements par crainte de subir des préjudices. Après tout, toute croyance bonne à avoir con¬cernant la chrétienté devrait soutenir les enseignements et faits historiques donnés dans la Bible.

Ce qui suit est une comparaison simple et concrète d’enseignements de l’Eglise Catholique Romaine sur Marie, la mère de Jésus, aux paroles de Christ et de Ses apôtres, rapportés dans la Bible.

Marie est-elle restée vierge ?

L’enseignement catholique dit que Marie, qui était vierge à la naissance de Jésus, est restée vierge toute sa vie. Les prières catholiques bien typiques disent : " C’est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge... " et " O Vierge Marie... vierge à jamais tu demeures. " En comparant cette doctrine à la Bible, nous trouvons de significatives références (toutes les citations de la Bible proviennent de la version catholique de Douay) :

" S’étant rendu dans sa patrie, il (Jésus) enseignait dans la synagogue, de sorte que ceux qui l’entendirent étaient étonnés et disaient: D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles? N’est-ce pas le fils du charpentier? n’est-ce pas Marie qui est sa mère? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D’où lui viennent donc toutes ces choses?" (MATTHIEU 13:54-56).

" Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n’est Jacques, LE FRERE DU SEIGNEUR." (GALATES 1:19).

" Et SES FRERES lui dirent: Pars d’ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les œuvres que tu fais... Car SES FRERES non plus ne croyaient pas en lui." (JEAN 7:3,5).

De ces extraits découlent les conclusions suivantes :

  1. Après la naissance immaculée de Jésus, Joseph et Marie sont devenus mari et femme, et en tant que tels ont été les parents d’au moins six enfants.
  2. Le terme " frères " (dans le sens de camarades), ou " frère ", qui vient du grec " adelphos " (le Nouveau Testament fut originellement écrit en grec), ne fait pas référence aux cousins de Christ, comme l’ont affirmé certains auteurs catholiques. Dans le Nouveau Testament, le mot " cousin " vient d’un tout autre mot grec, " suggenes ". Cf. LUC 1:58.
  3. Les " frères " mentionnés dans le passage de Jean 7 ne font pas référence, au sens spirituel du terme, à ceux qui suivent Christ. Dans le même paragraphe, une distinction est faite entre Ses disciples, ceux qui Le suivent, et Ses frères, qui à ce moment-là, ne Le croyaient pas.
  4. Bien que Marie ait été vierge au moment où elle donna naissance au Seigneur Jésus-Christ, il est tout à fait incorrect de la proclamer "toujours vierge".

Immaculée conception?

Une doctrine catholique enseigne que Marie elle-même fut conçue "immaculée", c'est-à-dire née sans "péché originel". Il est dit que Marie n’est pas née, contrairement aux autres humains, de la nature pécheresse et déchue de la race d’Adam. Dans le Missel catholique (livre de messe), elle est décrite comme la " Reine conçue sans péché originel." Mais dans la Bible, on peut lire les paroles, qui nous sont familières, que Marie a prononcées un peu avant la naissance de Christ : " Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. " (LUC 1:46-47). Puisque Marie, femme pieuse et pleine de foi, a reconnu que Dieu était son Sauveur, et puisque seuls les humains nés dans le péché ont besoin d’un Sauveur, l’enseignement qui fait de Marie une " immaculée conception " exempte de péché, s’avère absolument faux.

Mère de Dieu?

Dans les liturgies et prières des cérémonies catholiques, on parle souvent de Marie comme la " Mère de Dieu ". La doctrine catholique avance que, Christ étant Dieu fait chair, et Marie étant mère de Christ, elle devient donc la " Mère de Dieu ". Si l’on cherche à élucider cette question avec la Bible, on voit que l’expression " Mère de Dieu " n’est jamais utilisée, ni même suggérée.

Le Seigneur Jésus-Christ est cité dans les Ecritures comme " Fils de Dieu " (JEAN 3:18, etc.), et aussi comme " Fils de l’homme " (LUC 19:10, etc.). Fils de Dieu parce qu’Il est né de Dieu, étant conçu par le Saint-Esprit en Marie, alors qu’elle était encore vierge. Et Fils de l’homme parce que Sa mère était humaine, c’est elle qui lui a donné son corps humain et sa nature humaine. La Bible ne décrit pas Marie comme "Mère de Dieu", mais plutôt comme la mère de " Jésus-Christ homme " (1 TIMOTHEE 2:5)

Il est certain que Christ Lui-même ne voyait pas de relation divine particulière dans le lien charnel qui l’unissait à sa mère. Les versets suivants dans MARC 3:31-35, l’attestent :

" Survinrent sa mère et ses frères, qui, se tenant dehors, l’envoyèrent appeler. La foule était assise autour de lui, et on lui dit : Voici, ta mère et tes frères sont dehors et te demandent. Et il répondit: QUI EST MA MERE, et qui sont mes frères ? Puis, jetant les regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui: VOICI, DIT-IL, MA MERE et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ET MA MERE."

L’Adoration de Marie ?

Dans le Missel catholique, nous lisons à propos de Marie qu’elle est " digne de toutes louanges." L’usage de la prière " Je vous salue Marie ", ainsi que d’autres formes de prière et de louange à Marie sont choses courantes dans les rituels catholiques. Voici un autre extrait de la messe catholique, qui dit: " Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. "

Par rapport à cette dernière déclaration, la Bible relate une situation où une femme a acclamé Marie dans des termes comparables, et nous montre la réaction de Christ à une telle éloge de Marie. Il est écrit: " Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit: Heureux le sein qui t’a porté ! heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! Et il répondit : HEUREUX PLUTOT CEUX QUI ECOUTENT LA PAROLE DE DIEU, ET QUI LA GARDENT ! " (LUC 11:27-28). Par ces paroles, le Seigneur Jésus-Christ a fortement désaprouvé toute révérence ou adoration de Marie en particulier.

Plus tôt, étant un jeune garçon alors âgé de douze ans, Jésus était resté au temple de Jérusalem, rendant ainsi sa mère anxieuse, car elle le cherchait, et le trouva ensuite. Voici ce que Marie dit à Jésus : " Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ?" Ce à quoi Il répondit: "Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père?" (LUC 2:48-49). Dans cet exemple, comme dans d’autres qui sont rapportés dans la Bible, on voit clairement que Marie était bien humaine et vulnérable, et loin d’être une Divinité digne de louanges particulières.

Marie, une médiatrice?

Le nom de Marie est répétitivement évoqué dans les cultes catholiques. Les prières courantes du Missel sont : " Sainte Marie, priez pour nous." et " Vierge bénie... intercédez pour moi." L’enseignement catholique se base sur l’effet de l’influence qu’une mère peut avoir sur son fils par rapport à ses propres désirs ; ainsi en demandant à Marie d’intercéder pour nous auprès de Christ, ces prières seront plus efficaces. Les auteurs catholiques présentent Marie comme une " patronne et médiatrice de Dieu ", et la " médiatrice du monde entier."

En comparant ces déclarations avec la Bible, nous lisons: "...il y a un seul Dieu, et aussi UN SEUL MEDIATEUR entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme… " (1 TIMOTHEE 2:5). Puisque la Parole de Dieu assure qu’il n’y a qu’UN SEUL MEDIATEUR, cela signifie qu’il n’y en a pas deux ! Ni Marie, ni aucun autre saint, ne peuvent être des médiateurs par lesquels nous pouvons prier. De telles prières sont inefficaces. Jésus a dit : " NUL NE VIENT AU PERE QUE PAR MOI. " (JEAN 14:6)

L’assomption?

L’Eglise catholique enseigne l’assomption du corps de Marie au ciel. Non seulement ceci mais aussi que Marie y a été couronnée en tant que " Reine du ciel ".

Inutile de s’étendre sur le sujet, car la Bible n’en fait même pas mention. Si ces enseignements contenaient la moindre vérité, alors Dieu nous en aurait bien évidemment donné la révélation écrite dans Sa Parole.

Dans ce cas, notre opinion est justifiée par un Proverbe de la Bible : " Toute parole de Dieu est éprouvée: ... N’ajoute rien à ses paroles, De peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur." (PROVERBES 30:5-6)

Le conseil de Marie

Marie était hautement favorisée, et " bénie entre les femmes " (LUC 1:42), parce qu’elle a été le vaisseau choisi par Dieu pour la naissance de Christ. La Bible la révèle en tant qu’une femme des plus pieuses, ayant une foi solide en Dieu.

Aux noces de Cana, en Galilée, où Jésus changea l’eau en vin, Marie donna conseil aux serviteurs de la fête. Elle dit : " FAITES ce qu’IL (Jésus) VOUS DIRA " (JEAN 2:5). Ayant égard à la foi et à la sagesse de Marie, prenons ce conseil sérieusement. Allons découvrir les paroles de Christ dans l’Evangile, et obéissons-Lui !

Marie reçoit le Saint-Esprit

Jésus était déjà monté au ciel pour s’asseoir à la droite du Père. Par obéissance au commandement de Jésus, nous trouvons Marie et environ 120 autres croyants réunis dans la chambre haute, à Jérusalem, attendant la venue du Saint-Esprit. Nous lisons: " Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière et dans l’oraison, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus " (ACTES 1:14). Le jour de la Pentecôte, le Saint-Esprit arriva, et " ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer " (ACTES 2:4).

Ainsi Marie fut remplie du Saint-Esprit, parlait en langues, et suivit avec joie son Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, partagant le merveilleux espoir de la vie éternelle avec tous ceux qui, à l’époque comme aujourd’hui, ont fait l’expérience d’un plein salut.


Voici l’heureuse fin de ce que rapporte la Bible sur Marie, la mère de Jésus. Son nom ne réapparaît plus dans le Nouveau Testament, mais le nom de Jésus, qui en est le personnage principal, est retrouvé littéralement des centaines de fois, parce qu’Il est le Prince de Gloire, et le Seigneur de vie.

Source : ‘Voice of Revival'