L’islam, l’hindouisme et le bouddhisme

L'islam

I. Introduction

  1. Aujourd’hui nous vivons ensemble avec des peuples dont les coutumes et les voies nous sont, au premier regard, étrangères. Cela est dû au fait que ces gens n’appartiennent pas à la chrétienté mais ont été éduqués dans une religion qui nous est étrangère.
  2. Si nous voulons comprendre nos immigrants asiatiques, nous devons d’abord faire des recherches sur leur religion. Au Pakistan et dans une grande partie de l’Orient, l’Islam est prédominant ; cette croyance fut fondée au VI° siècle par un homme nommé Mahomet.

II. Qui était Mahomet ?

  1. En 570 Après J.C, Mahomet naquit à la Mecque (en Arabie), fils d’une famille estimée. A cette époque la Mecque était une ville commerçante florissante sur la 'route des épices' entre la Syrie et l’Inde, et fut pour cela le centre de nombreuses vagues de religion différentes, comme par exemple, de juifs, de chrétiens, et de religions bédouines. C’est aussi pourquoi Mahomet a eut l’opportunité de connaître beaucoup de religions différentes.
  2. Mahomet était d’une nature très contemplative. Il allait souvent seul dans les montagnes et se laissait absorber par les problèmes religieux (et méditait). Ce qui l’impressionna le plus fut la 'Foi en Un Seul Dieu' des juifs et des chrétiens, contrastant avec la croyance des bédouins en de nombreux dieux. Un jour, pendant ces méditations, l’archange Gabriel est supposé lui être apparu, et lui avoir dit d’écrire toutes ces révélations. Elles sont maintenant écrites dans le Coran, le saint livre des musulmans.

Mahomet commence à prêcher

Encouragé par son épouse Khadija, Mahomet commença bientôt à annoncer à la Mecque les révélations de l’archange Gabriel. Il y trouva rapidement des disciples.

Mais puisque Mahomet condamnait l’idolatrie qui était chose courante parmi les commerçants, il fut obligé de fuir à Médine, à 350 km de là. Cela se passa en 622 après J.C. A Médine, Mahomet fut bientôt accepté comme dirigeant politique et religieux. La date de sa migration, le 16 juillet 622 après J.C fut choisie pour le commencement de la chronologie islamique.

Le combat de Mahomet pour son acceptation

Les disciples que Mahomet trouva à Médine, s’organisèrent en un groupe militaire qui retourna à la Mecque avec lui. En 630 après J.C. Mahomet fit enfin une entrée triomphale dans la Mecque après un bref combat. Il détruisit les idoles, mais conserva la Kaaba, qui selon les légendes païennes tomba des cieux comme une météorite noire, et en fit sa relique principale. Mahomet développa de plus en plus son influence, de prophète à général puis politicien.

Mahomet mourut en 632 après J.C. Sa succession fut le theatre de graves conflits. Le calife Abu Bekr sortit vainqueur de cette bataille. Et dès lors, les succuesseurs de Mahomet ont été appelés calife (mot arabe pour successeur).

Les enseignements de l’islam

  1. Islam veut dire sujétion, i.e. le croyant musulman est assujéti à Allah. Mahomet déclara qu’Allah était le plus haut et le seul Dieu et que les mots de Mahomet étaient les dernières révélations divines pour l’humanité. Elles furent écrites dans le Coran pour compléter la Bible. Selon Mahomet, la Bible affirme aussi les révélations de Dieu, mais pas complètement. Mahomet se voit lui-même comme le dernier et le plus grand des prophètes. Il reconnaît aussi Jésus, mais seulement comme un prophète parmi tant d’autres et non comme le Fils de Dieu.
  2. Mahomet déclara la Mecque comme Ville Sainte. Aujourd’hui, c’est le centre spirituel de l’Islam. Aller en pélerinage à la Mecque est un privilège spécial. C’est le devoir de tout musulmant de faire le pélerinage à la Mecque au moins une fois sans sa vie, si le passage est sûr. La Kaaba, symbole principal de l’Islam, est aussi à la Mecque.
  3. L’enseignment de l’Islam est simple, clair et résigné. Dans l’Islam, l’humain est imparfait, et doit être racheté. Il sera sauvé par la foi et les bonnes œuvres. Il y a une résurrection et un jugement. Le sort des gens est décidé par Allah (destinée).

Les commandements de l'islam

Les exigences de Mahomet envers les gens sont minimales. Chaque musulman (suiveur de l’Islam) doit observer les plus importants :

  1. Confession qu'il n'y a qu'un Seul Dieu.
  2. Prier en direction de la Mecque cinq fois pas jour.
  3. Faire des offrandes
  4. Jeûner le mois de Ramadan.
  5. Faire un pélerinage à la Mecque dans leur vie.

A celles-ci s’ajoutent des exigences complémentaires dans le Coran (par exemple l’abstention de toute chose impure : porc, alcool), et le jeûne du mois de Ramadan de l’aube au crépuscule. La loi de l’Islam dépend principalement du Coran.

Le Coran

Le livre saint de l’Islam est le Coran, que les croyants musulmans ne lisent qu’en arabe. Le Coran inclut de nombreuses traditions bibliques et arabes.

Le Coran décrit Allah comme le plus haut dieu qui, comme juge du jour du jugement, récompense les bons et punit les mauvais. Le paradis et l’enfer sont représentés de façon très vivante par d’innombrables images colorées.

Le rôle de la femme

Mahomet accepta les coutumes arabes, mais introduisit des améliorations au bénéfice des femmes. Par exemple, il limita le nombre d’épouses à quatre. Cependant, après la mort de sa femme Khadija, il eut lui-même neufs femmes auxquelles il fut autorisé grâce à une révélation particulière. Le fait que les femmes musulmanes n’aient eu absolument aucun droit pendant longtemps, ne peut pas être retracé jusqu’au temps de Mahomet, mais à des législateurs islamiques ultérieurs.

Aujourd’hui, les femmes se détachent de plus en plus de l’ombre des hommes. Elle peuvent sortir en public dans de nombreux pays islamiques, émerger dans leurs professions, en sciences et dans la politique. Souvent les femmes vont à l’école et poursuivent leur scolarité, elles prennent part aux élections, et pour des raisons économiques, la monogamie prédomine de plus en plus en Orient.

Dans l’islam, le mari peut divorcer de son épouse à tout moment, avec ou sans son consentement. Il peut lui interdire de quitter la maison sans sa permission. Si l’époux est un musulman, les enfants nés dans ce mariage seront automatiquement musulmans. Au tribunal, la déclaration d’un homme est égale à celle de deux femmes.

Selon l’islam, les hommes devraient avoir plus de privilèges que les femmes (puisqu’ils sont responsables pour elles), parce qu’Allah dota certaines personnes d’avantages, et que ces personnes étaient des hommes. Les femmes vertueuses doivent être obéissantes, fidèles et discrètes, de façon à ce qu’Allah les protèje. En revanche, les femmes dont l’attitude déçoit les hommes doivent être mises à l’écart, enfermées dans leurs chambre et punies.


L'hindouisme

L'origine de l'hindouisme

L’hindouisme est la plus vieille des religions majeures. Aux environs de 4000 - 3000 avant J.C. près de la rivière Ganges en Inde, une collection de chants et de proverbes religieux furent développés et nommés les Vèdes.

C’est pourquoi le livre saint des hindous est appelé le Veda. Dans le Veda beaucoup de dieux sont loués et adorés.

Les dieux de l’Inde d’aujourd’hui ont évolué d’un nombre immense de dieux de la nature, dieux d’une famille ou d’une tribu. Le plus haut dieu des hindous est un ÇA impersonnel, appelé le Brahmane. Ce plus haut des dieux des hindous apparaît toujours sous la forme de différentes créatures, dieux, humains et animaux. Cette renaissance continuelle est connue comme la réincarnation. C’est pour cela que l’hindouisme a un nombre incroyable de dieux, atteignant environ 330 millions.

Les formes les plus importantes sous lesquelles Brahmane apparaît sont :

  • Brahmane : LE CREATEUR DU MONDE
  • Vishnu : LE CONSERVATEUR DU MONDE
  • Shiva : LE DESTRUCTEUR DU MONDE

L’adoration des dieux (les cultes)

En toute chose, spécialement en tout être vivant - humains, animaux et plantes, les hindous voient le Brah¬mane, le plus haut dieu. D’où l’origine de la profonde vénération des animaux, en particulier de celle de la vache. Pendant des siècles le bœuf à rendu de bons services aux gens, d’une valeur inestimable : comme animal de trait pour labourer les champs, ou comme fournisseur de lait et de matériel combustible (aujourd’hui, la bouse de vache séchée est le carburant principale de l’Inde).

Les cultes les plus répandus sont ceux de Vishnu et de Shiva. Le nombre élévé de dieux et le nombre infini de façons de vénérer ne présentent aucun commandement rigide : Il n’y a pas de lignes directrices comme les Dix Commandements.

Ceci mena au dévelopement de nombreuses sectes (= groupe religieux schistes). Ces sectes pratiquent une grande tolérance envers les autres sectes et religions. Cela entraîna l’hindouisme a inclure aussi des éléments du bouddhisme, du christianisme et de la foi islamique.

Les enseignements de l’hindouisme

Les hindous croient que toute vie animée est sujète au devenir, au décès, et au changement stable vers une plus haute forme d’être. L’âme entre toujours dans une nouvelle forme d’être, que ce soit une plante, un animal, un humain, ou un dieu. Chaque action d’une personne engendre une influence sur son âme, soit positive soit negative : bon ou mauvois Karma. Ces actions sont décisives pour la vie suivante. Les hindous espèrent en une rédemption finale et à la fusion avec Brahmane.

C’est pourquoi la mort est le plus grand événement pour tout hindou, parce que ce pourrait être sa rédemption de la réincarnation s’il devenait un avec le Brahmane. A la fin de sa vie chaque hindou essaie de faire le voyage à la ville sainte de Benares, qui les purifie et les guide enfin au Brahmane.

La structure de l’hindouisme est la plus simple de toutes les religions. En contraste avec la chrétienté, l’hindouisme passe à coté de quelques détails essentiels qui rendent souvent notre croyance chrétienne difficile :

  1. Un Dieu Très-Haut (Brahmane n’est pas une autorité centrale).
  2. Des révélations directes de Dieu (comme par exemple. le Christ, la Bible).
  3. Des commandements établis.

La vie religieuse de l’hindou

1. Le but :

Le but de l’hindou est de devenir un avec le Brahmane aussi souvent et aussi longtemps que possible. Cette unité avec le Brahmane pourrait être la rédemption de la renaissance pour l’hindou. Il existe un idéal pour un hindou, qui est l’ascéticisme, c’est-à-dire l’abstinence.

2. La voie :

Par le yoga l’hindou essaie de stopper toutes les impressions de l’esprit, et d’atteindre l’unité avec le Brahmane (yoga = exercises physiques).

Les gens qui font du yoga sont appelés les yogi. Le yogi fidèle se détend dans ces vieux exercices souvent difficiles ; il se libère de sa caste et de sa famille, il ignore toutes les choses extérieures afin de venir plus près de Dieu. Ceci est appelé la méditation. La méditation est une partie importante dans la vie du fidèle hindou.

Les castes

La classification de la société indienne en castes a deux raisons :

a) Historique :

En 2000 avant Christ, les gens blancs de peau marchèrent dans la vallée de l’Indus et forcèrent la population noire d’Inde à se soumettre à leurs règles et la divisèrent en quatre groupes sociaux.

b) Religieuse :

Les castes sont le résultat de la renaissance. Ce n’est que par la mort qu’un hindou peut appartenir à une autre caste. Sa façon de vivre est decisive pour sa montée ou sa chute d’une caste dans sa prochaine vie.

Les principales divisions de castes sont comme suit :

  1. Les prêtres = Brahmanes.
  2. Les aristocrates et les guerriers.
  3. Les fermiers, les artisans et les marchands.
  4. Les ouvriers.

Les autres n’appartiennent pas aux castes et sont exclus de la société normale. Ces exclus sont nommés les parias.

Aujourd’hui les castes ont développé une grande signification sociale. Les castes individuelles vivent dans leurs propres zones résidentielles, strictement séparées des autres castes. Il est presque impossible pour les exclus d’être pormus dans leur emplois, même si toute descrimination de castes est interdite par la loi.


Le bouddhisme

I. Qui est Bouddha ?

a) Son origine

Beaucoup d’histoires au sujet de son origine sont des légendes. Le cours suivant de sa vie pourraît être vrai. Il naquit comme Siddharta Gautama en 560 avant J.C. en ce qui aujourd’hui est appelé le Népal. En ce qui concerne sa religion, Gautama était hindou. En tant que fils d’un chef il appartenait à la caste des aristocrates et fut éduqué dans la prospérité et la richesse.

Gautama : " j’avais trois palais ; un pour l’automne, un pour l’hiver, et un pour l’été. Je passais les quatre mois d’automne au palais d’automne, entouré d’une musique invisible et je ne suis pas descendu de mon balcon."

b) Mécontent de sa vie

Gautama n’était pas satisfait de toute sa prospérité à la maison et quitta le palais à l’encontre de la volonté de son père. Pendant son voyage il fut confronté pour la première fois de sa vie à des humains souffrant. Il vit des gens malades et vieux, mai saussi des morts. Après son retrour chez lui, il souffrit d’un trouble intérieur constant. C’est pourquoi, un jour il quitta sa famille et commença sa vie de moine mendiant. A cette époque, Gautama avait 29 ans. (On peut encore aujourd’hui reconnaître ces moines mendiants à leur apparance : ils ont les cheveux rasés et portent des habits jaune saffran.)

c) Son but

Gautama voulait découvrir la signification de la vie et trouver le soi-disant 'mystère du monde'. Ce 'mystère du monde', que toutes les religions essaient de résoudre, implique la question de la souffrance dans le monde : D’où la souffrance et la misère viennent-elles ? Pourquoi y a-t-il le bien et le mal ? Gautama pratiqua un asceticisme strict avec cinq saints hindous jusqu’à presque mourir de faim. Parce qu’il ne reçu pas de réponse à ses questions, il abandonna l’ascéticisme, et, révoltés, les cinq saints le quittèrent.

Gautama chercha ensuite la voie du milieu entre l’ascéticisme et la vie de luxe. Par la méditation il attendit pour ce qu’on appelle l’‘illumination'. ll dut d’abord résister à de nombreuses tentations, mais ensuite il reçu l’illumination qu’il avait espérée et depuis est appelé Bouddha, qui signifie l’'Illuminé'.

Bouddha s’installa ensuite à Benares, le plus grand lieu de pélerinage indien et là il rencontra les cinq saints. Ils leur raconta son illumination et les gagna comme premiers disciples. Avec ces saints il fonda un ordre monastique au départ de son œuvre. Pendant quinze ans Bouddha voyagea à travers l’Inde, prêchant la rédemption de l’homme par l’illumination. Ensuite, après avoir expliqé à ses élèves une fois de plus la mort de toutes les choses de la terre, Bouddha mourut d’un empoisonnement alimentaire.

" Evite tout mal ; multiplie la semence de bonnes œuvres ; purifie continuellement ton esprit ; c’est la voie, que Bouddha montre."

II. Le message de bouddhisme

Le bouddhisme était une rébellion contre l’ancestrale religion de l’hindouisme (religion principale de l’Inde). Bouddha voulait aider l’humanité qui attendait la rédemption de la souffrance et de la misère de ce monde.

Il refusa aussi d’accepter la classification de castes comme l’abstinence totale (= ascéticisme). Pour lui tous les gens étaient égaux.

a) Le doctrine des quatre nobles vérités

Ici Bouddha montre la cause et la cure des passions humaines. Chasser cette passion est la tâche principale de Buddha :

  1. La passion est partout.
  2. La cause de la passion est l’égoïsme
  3. L’élimination de la passion passe par l’élimination de l’égoïsme
  4. La voie pour y arriver est montrée dans les huit pas à suivre.

b) La doctrine des huit pas à suivre

Les pas montrent les directions bouddhistes pratiques pour un attitude de vie correcte :

  1. La bonne foi.
  2. La bonne volonté.
  3. Le bon discours.
  4. La bonne performance.
  5. La bonne vie.
  6. Le bon but.
  7. La bonne mémoire (memory).
  8. La bonne méditation.

Certaines parties de ces directions seront mieux illustrées plus tard : Le principe suprême d’amour égal envers les hommes et les animaux. Pas une creature vivante ne devrait souffrir. Forte accentuation sur ‘aime ton ennemi’ !

III. Le nirvana - Le but des croyants

  1. Rompre la roue de la réincarnation et chercher le 'nirvana' est le but de tout fidèle bouddhiste. Il doit s’épuiser à la tâche et passer par de nombreuses vies jusqu’à ce qu’il atteigne ce but. Toutes les choses terrestres sont sujètes au changement et les bouddhistes renoncent donc à la plupart des attaches de ce monde.
  2. Le 'nirvana' n’est pas égal au 'ciel' de la chrétienté. Le chrétien comprend que le ciel est une association personnelle avec Dieu, alors que le nirvana n’est qu’un état impersonnel sans douleur ni souffrance ; un état de repos et de paix.

IV. Bouddha - Homme ou dieu ?

Bouddha est rarement honoré comme Dieu. Pour la plupart des bouddhistes il est un homme ordinaire qui est entré au Nirvana et pour cela est devenu une idole. Ils n’honorent pas sa personne mais un principe impersonnel, qui devint réalité. C’est la raison pour laquelle vous ne trouverez pas de représentations naturelles de Bouddha. Bouddha devint le sauveur du monde seulement pour certains. Beaucoup de reliques sont adorées dans les sanctuaires bouddhistes. Etre autorisé à prier et à sacrifier est un honneur spécial. Ces temples sont gardés et entretenus par des moines.

V. Le moine - L'homme idéal

Le moine vit une vie exemplaire. Il peut vivre sans tout le luxe de la vie, et démontre que seule la voie du salut a de l’importance, et que c’est pour cela qu’il passe toute sa vie dans l’isolement du cloître. A coté des directives ordinaires existent trois commandements spéciaux :

  1. Il doit être pûr.
  2. Il n’est autorisé à blesser aucune créature.
  3. Il doit demeurer célibataire

Le moine a seulement un vêtement et il n’est pas autorisé à acheter de nourriture. Son revenu conciste en ce qu’il reçoit des gens. Donner l’aumône à un moine est un grand honneur. Dans certains pays (Thaïlande, Burma) presques tous les jeunes hommes passent plusieurs semaines dans un cloître. Cela fait partie de leur éducation.