Le 11ème jour du 11ème mois - Armistice

Le 11 novembre 1918, à 11h du matin, la Première Guerre mondiale s’achève. L’Allemagne se rend aux alliés et l’ultime armistice est enfin signé après quatre longues années de carnage...

La Première Guerre mondiale est aussi connue comme étant « la Grande Guerre » ou « la Der des Ders ». Les « Empires centraux », qui essuient la défaite, ont perdu plus de 3 500 000 soldats sur les champs de bataille. Les « forces alliées (la Triple-Entente) », les vainqueurs, ont perdu plus de 5 100 000 hommes. En moyenne plus de 5 600 soldats furent tués chaque jour de la guerre.

On se rappelle souvent avec horreur du fait que 20 000 soldats britanniques furent tués au premier jour de la « bataille de la Somme  ». Sur le continent européen seul, on estime a plus de cinq millions les civils morts sous le coup de l’occupation, des bombardements, de la faim et des maladies.

Avant même la fin des six premières semaines de la guerre, 500 000 hommes environ s’étaient engagés volontairement pour se battre pour Dieu, le roi, et leur pays, ainsi que pour la liberté dans le monde. L’Angleterre perdit l’une de ses meilleures générations... Venant de toutes les couches sociales, ces hommes, issus de la génération victorienne basée sur la Bible, étaient prêts à défendre et à se battre pour ces nobles idéaux.

Le 11 novembre est devenu «  le jour de l’Armistice  » ou «  Remembrance Day  » en Grande-Bretagne et dans les pays du Commonwealth, et  «  Veterans Day  » aux Etats-unis. Après la Seconde Guerre mondiale, le dimanche le plus proche devint «  Remembrance Sunday  » ; et à 11 heures du matin ce jour-là, deux minutes de silence sont observées, afin de remercier Dieu qui nous a aidé à traverser ces temps difficiles et nous a accordé la victoire, et pour se rappeler de ceux qui ont sacrifié leur vie. Les Pays-Bas, la Belgique et la France marquent aussi ce temps de silence pour se rappeler de ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté.

" Venez, contemplez les œuvres de l’Eternel… C’est lui qui a fait cesser les combats jusqu’au bout de la terre…. ARRETEZ, et sachez que je suis Dieu..." PSAUME 46:8-10

L’importance symbolique du 11ème jour du 11ème mois

Quelle heure est-il maintenant ? L'horloge du Palais des Congrès de Bruxelles montre les événements historiques mondiaux des dernières 2000 années. La statuette placée à 11h représente un soldat de la Première Guerre mondiale
 

La Bible montre que le retour du Seigneur se passera à minuit : " Au milieu de la nuit, on cria: Voici l’époux, allez à sa rencontre! " (MATTHIEU 25:6; lire du verset 1 à 13).

On demanda à Jésus : "...quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde? " dans MATTHIEU 24. Il répondit :

"...Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerre : gardez-vous d’êtres troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume (les guerres mondiales !) ... De même quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte." (MATTHIEU 24:6-7,33).

Cela n’est pas une coïncidence si la «  Der des Ders  » s’est terminée à la 11ème heure du 11ème jour du 11ème mois.

Les circonstances de la guerre à ce moment précis étaient bien trop chaotiques pour que les chefs militaires puissent envisager de signer le traité à exactement 11 heures du matin, le 11ème jour du 11ème mois. Les combats n’ont cessé qu’à la dernière minute.

Ce timing est un «  signe » évident et un avertissement de la part de Dieu pour nous dire que nous entrons dans les derniers temps, et que la 12ème  heure (minuit), l’heure à laquelle Jésus revient, arrive bientôt.

" Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur reviendra... C’est pourquoi, vous aussi tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y pensez pas." (MATTHIEU 24:42,44).

Le soldat inconnu

Les sept années qui suivirent la guerre, le «  British Imperial War Graves Commission » poursuivit sa tâche de rechercher, tenter d’identifier, et d’inhumer les soldats tués et disparus dans les marécages, les tranchées et les cratères créés par les bombes sur le front ouest.

L’un de ces soldats non identifiés fut choisi pour représenter ses camarades morts au champ d’honneur afin d’être l’objet du deuil et de l’affection de ceux qui n’auront jamais connu le sort de leur fils, mari ou père.

Le 11 novembre 1920, à 11 heures, les obsèques et l’enterrement du « soldat inconnu » eurent lieu à Londres. La procession funèbre s’arrêta devant le cénotaphe, le monument aux morts national nouvellement érigé, qui fut inauguré par le roi, ce dernier allant ensuite se placer derrière la prolonge d’artillerie, portant le cercueil (voir l’encadré : « La Cérémonie du Cénotaphe »). Une garde de bravoure uniquement composée de détenteurs de la Croix de Victoria fut formée à la sortie de Westminster Abbey, où le cercueil fut enterré, au sein de la nef.

La stèle posée sur le tombeau fut gravée de ces mots :

« Pour Dieu, Pour le Roi et la patrie, pour nos proches, nos foyers et l’Empire, pour la cause sacrée de la justice et de la liberté du monde. Sous cette stèle repose le corps d’un Soldat Britannique... »

 

La Cérémonie du Cénotaphe

Le cénotaphe, ce qui signifie en grec le « tombeau vide », est le point central national pour les commémorations de l’armistice de la Première Guerre mondiale. Chaque année, la famille royale, les chefs d’états du Commonwealth, le premier ministre et les dirigeants des différents partis politiques ainsi que des milliers de personnes, se joignent aux vétérans de la marine nationale, de l’armée de terre et de l’air des deux guerres mondiales, en souvenir de ceux qui ont donné leur vie.

La nation entière fait cette prière...

« Père céleste, Ton Fils, l’Agneau de Dieu nous a dit que celui qui perdra sa vie à cause de Lui la retrouvera. Tu connais nos cœurs  et Tu sais que la vie ne vaut la peine d’être vécue sans prendre de risque. Nous Te remercions pour ce grand amour dans le cœur de l’homme qui a poussé ceux dont nous rappelons la mémoire aujourd’hui, à donner leur vie afin que nous soyons libres de Te louer. Enseigne-nous à suivre l’exemple de ceux qui sont rachetés à grand prix, et étant appelés à Te servir, rends-nous dignes de notre appel, par la grande vertu de Ton Fils, notre Seigneur Jésus-Christ. Amen. »

« ...Nous Te remercions pour nos morts courageux et loyaux qui ont donné leur vie dans les deux Guerres mondiales... pour la vaillance et le dévouement des soldats de l’armée de terre et de l’air et de la marine nationale qui sont tombés pour la grande cause de la vérité ou du droit. Puissions-nous suivre leur modèle fidèlement et avec persévérance, afin que nous aussi nous soyons trouvés dignes de la couronne de la victoire. Amen.»

Puis, dans le silence...

10h59 Le claironniste joue « The Last Post » (équivalent de la « dernière marche » jouée en France).

The Last Post signifie  « Endurer jusqu’à la fin », symbole du jour du jugement.

11h00  Deux minutes de silence.

11h02  Le Lamento, « Didon et Enée » de H. Purcell est joué.

Le claironniste joue « Réveille », équivalent du « Réveil de la Garde » en France, levée des drapeaux.

« Réveille » est le symbole de la résurrection.

11h03  Acte du Souvenir, poème de L. Binyon « Pour ceux morts au champ d’honneur ».

Ils ne vielliront pas comme nous, qui leur avons survécu
 

Ils ne connaîtront jamais   l’outrage ni le poids des années

Quand viendra l’heure du crépuscule et celle de l’aurore

nous nous souviendrons d’eux.

11h05  Dépôt de gerbes.

La reine d’Angleterre dépose la première gerbe sur le cénotaphe, suivie par les chefs d’états et les chefs d’états-majors de l’armée de terre et de l’air et la marine nationale.

11h15 GOD SAVE THE QUEEN, hymne national du Royaume Uni.         Traduction
 

Que Dieu sauve notre gracieuse Reine,

Longue vie à notre noble Reine,

Que Dieu protège la Reine.

Rends-la victorieuse,

Heureuse et glorieuse,

Que son règne sur nous soit long,

Que Dieu sauve la Reine.

Parade militaire.

* * *

La main de Dieu dans l’histoire de la Grande-Bretagne

Tout au long de l’histoire de la Grande Bretagne, force est de constater que la main de Dieu s’est manifestée à de nombreuses reprises. Ces évènements sont décrits en détail dans des ouvrages tels que 'The Trumpet Sounds for Britain':

Quelques exemples : 

  • De violents orages détruisirent l’ « invincible Armada » espagnole, lors de sa tentative de conquête de l’Angleterre en 1588 pour y réintroduire le catholicisme.
  • Les « zeppelins » allemands destinés à bombarder Londres pendant la Première Guerre mondiale quittèrent leur trajectoire à cause d’une soudaine perturbation cyclonique imprévue.
  • A cause d’un changement inexplicable des conditions climatiques en mai 1940, 335 000 soldats britanniques réussirent à fuir face à l’armée allemande qui avancait (le « Miracle de Dunkerque »), après que la nation entière ait pris part à un jour national de prière le 26 mai
  • Les « anges de Mons » qui apparurent dans la bataille du même nom pendant la Première Guerre mondiale, comme il est décrit dans la fiche « Une intervention divine ». (Lire aussi 2 ROIS 7:6).

Il existe de nombreux autres exemples.1

Le célèbre premier ministre anglais Sir Winston Churchill a dit en 1942 : « J’ai parfois le sentiment qu’il y a une interférence. Je met l’accent là-dessus. J’ai parfois le sentiment qu’il y a une main qui guide les choses. J’ai le sentiment que nous avons un gardien parce que notre cause est juste, et ce guardien nous préservera tant que nous servirons cette cause loyalement. Et quelle noble cause ! »

Churchill exprimait tout simplement une vérité ancienne, qui est non seulement valable pour la Grande-Bretagne, mais également pour tout autre pays :

" Si tu obéis à la voix de l’Eternel, ton Dieu, en observant et en mettant en pratique tous ses commandements... l’Eternel, ton Dieu te donnera la supériorité sur toutes les nations de la Terre... L’Eternel te donnera la victoire sur tes ennemis qui s’élèveront contre toi... Tu seras pour l’Eternel un peuple saint... L’Eternel te comblera de biens… Tu prêteras à beaucoup de nations et tu n’emprunteras point. L’Eternel fera de toi la tête et non la queue..." (DEUTERONOME 28:1-14).

Après la victoire à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Churchill demanda à tout le parlement de se réunir à Westminster Abbey pour remercier le Dieu Tout-Puissant pour Sa délivrance..

La signification de ce jour dans les pays « germaniques » catholiques

Dans les pays germaniques, où le catholicisme règne, le 11 novembre marque le début du « carnaval », période de festivités et de réjouissances. Ces « festivités » s’appellent « Fasching » ou « Fastnacht » en Bavière et en Autriche. En Rhénanie et dans les pays romains, elles s’appellent « Karneval ». C’est un temps que l’on passe principalement à se déguiser, à défiler dans les rues, à chanter, s’amuser, dans un climat d’excès de boisson et de débauche sexuelle.

L’origine du carnaval

Le mot « carnaval » vient du latin médiéval : « carnelevarium », de « caro ; carnis » (signifiant « chair ») et « levare » (signifiant « alléger » ou «  se défaire de »)1. Le carnaval est la dernière fête avant le Carême, une période de jeûne de 40 jours qui précède Pâques. Les catholiques (romains) s’abstenaient autrefois de manger de la viande pendant cette période.2

Les origines du carnaval se trouvent dans les plus anciennes festivités de débauche de l’humanité, lorsque le retour du printemps, en tant que symbole de renaissance de la nature, était célébré de manière religieuse.3

A Athènes, des containers marins étaient utilisés pour les défilés en l’honneur de Dionysos, le dieu du vin. Ces containers étaient les ancêtres des chars du carnaval d’aujourd’hui,. Les romains célèbraient la soi-disant « Saturnalia », la « Bacchanalia » et la « Lupercalia » en l’honneur de Dionysos (qu’ils appelaient Bacchus). Ces festivités se distinguaient par une frivolité barbare et un sans-gêne excessif, surtout vers la fin de la période romaine ; l’ordre public était temporairement suspendu durant cette période. En ville, de nombreux romains envoyaient leurs filles à la campagne parce que le risque de viol était trop grand. Le carnaval est tout simplement la continuité de ces festivités romaines. Cela explique son caractère bien particulier même aujourd’hui, et il est toujours célébré dans les endroits où la culture romaine a prédominé.4

La nature du carnaval

Si le carnaval procure un grand plaisir pour certaines personnes, la Bible dit pourtant que « vous les reconnaîtrez à leurs fruits.» (MATTHIEU 7:16). Les masques les plus populaires à cette occasion le révèlent très clairement : vampires, prostituées, diables, fantômes, sorcières, assassins, pirates...  sans compter les « fruits » des excès de boisson et de sexe.

Tout cela débute le 11 novembre, comme nous l’avons dit auparavant ... en contraste absolu avec les commémorations célébrées dans les pays anglo-saxons.

La malédiction de Dieu sur les nations impies

Même si la Grande-Bretagne a subi un grand déclin ces dernières années, il y a encore de nombreuses personnes qui n’ont pas oublié les commandements de Dieu et démontrent que l’Angleterre est bien le peuple de l’alliance de Dieu (« Britain » est formé du mot hebraïque « b'rith » = alliance + « ain » = peuple). Par contraste, lorsque l’Allemagne (et de nombreuses autres nations) est étudiée à la lumière de l’histoire et que le caractère national général est observé (l’indifférence ou les attitudes négatives envers Dieu), on voit très clairement que ces nations sont maudites. La façon dont les gens se comportent pendant le carnaval n’en est qu’une conséquence typique :

"Mais si tu n’obéis point à la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage : … L’Eternel enverra contre toi la malédiction, le trouble et la menace... L’Eternel te frappera de l’ulcère d’Egypte, d’hémorrhoïdes, de gale et de teigne dont tu ne pourras guérir. L’Eternel te frappera de délire, d’aveuglement, d’égarement d’esprit... Pour n’avoir pas, au milieu de l’abondance de toutes choses, servi l’Eternel, ton Dieu, avec joie et de bon cœur..." (DEUTERONOME 28:15-47).

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Vous aussi avez le choix d’être béni ou maudit. Faites-vous partie de ceux qui ont toutes choses en abondance, mais ne se soucient pas de Dieu ?

Rappelez-vous, et pas seulement le 11 novembre, mais chaque jour, que la 12ème heure approche. Jésus-Christ revient bientôt.

Etes-vous prêts?

Note :

Certaines scènes des commémorations de l’Armistice peuvent être vues sur des vidéos de la bibliothèque de l’Assemblée, comme "VE50". Ces scènes sont enregistrées chaque année par le département vidéo. Pour les personnes qui n’ont jamais assisté à ces commémorations ou simplement réalisé quelles étaient leur signification, nous encourageons à s’en procurer une et à la regarder.

De : Jochen W., Ian, Findlay, Chris

  • 1. 'We Have a Guardian' by W. B. Grant
  • 2. Encyclopaedia Britannica
  • 3. Encyclopaedia 'Delta Larousse'
  • 4. Encyclopaedia of Religion and Ethics