Sortie d'une influence musulmane

Hatice - New York, Etats-Unis

Photo of Hatice

Bonjour,

Je m’appelle Hatice. Je suis née en Allemagne dans une famille turque musulmane. Mes parents me nommèrent Hatice d’après le nom de la première femme du prophète Mahomet. Entre ma conversion de l’islam à la chrétienté, j’ai essayé de trouvé des réponses dans d’autres endroits aussi et j’aimerais partager avec vous comment je suis devenue une chrétienne. J’espère que mon témoignage vous aidera et vous encouragera à chercher Dieu et de ne pas abandonner même avec des obstacles sur le chemin.

Enfant, je n’étais pas convaincue par la foi islamique. Néanmoins, vu que j’étais née musulmane, je n’avais pas beaucoup de choix. J’ai donc fait ce qu’on attendait de moi : j’ai appris par cœur des versets du Coran et je les récitais comme prières. A 10 ans, je devais porter un foulard et je ne pouvais pas mettre des décolletés. Nous allions régulièrement à la Mosquée, nous célébrions les fêtes islamiques et nous participions au Ramadan. La seule chose que je ne faisais pas, était de lire le Coran car j’aurais du apprendre l’arabe d’abord. Vu le manque de motivation, j’avais échoué à l’apprentissage de l’alphabet et du coup n’arrivai pas à grand chose. Je sentais que ces pratiques étaient uniquement des rites morts. Malgré tout, je croyais qu’il avait un Dieu, je ne savais pas exactement quoi ou qui il était. Ni la foi islamique, ni Allah ne remplirent le vide que je sentais dans mon cœur. J’étais terrifiée à l’idée d’aller en enfer. Très souvent, je ne pouvais pas dormir ; pleurant dans mon lit, j’implorais Dieu qu’il m’aide et prenne le désespoir et la solitude que j’éprouvais.

De plus, mon " foyer " n’était pas le reflet d’une atmosphère harmonieuse et conviviale que l’on peut attendre d’une famille. Nous n’avions pas de relations normales les uns avec les autres car nous ne nous respections pas et nous nous battions beaucoup. Dès mon enfance, j’ai été battue presque chaque jour – la plupart du temps sans raison. Je me sentais nulle, détestée, indésirable et très seule. Souvent, je souhaitais ne pas être née ou pensais au suicide mais je savais que j’irai en enfer pour cela. Par conséquent, je décidai d’endurer l’enfer ici sur terre ; il y avait cependant une étincelle d’espoir qu’un jour ma vie changerait…...

Aux alentours de mes dix ans, je suis devenue intéressée par la lecture. Très tôt, je me suis aperçue que ces histoires m’aidaient à fuir la réalité et je lisais jour et nuit. Ceci a commencé à influencer ma façon de penser : Je commençais à penser en images comme dans les films. Ceci mena à de nombreux malentendus, car j’imaginais des conversations qui différaient de la réalité et inversement, il était difficile pour les autres de comprendre ce que je pensais à travers ce que je disais. Bien que je sois différente et même que je sente que je n’étais " pas normale ", je me considérais être une personne " spéciale " et meilleure que les autres.

Petit à petit, je changeais, de la personne plutôt timide, calme et sympathique que j’étais, adoptant un caractère bruyant, provocateur et rebelle. J’ai commencé à fumer, à avoir des piercings, à boire de l’alcool et à fumer du haschich. J’allais d’une fête à l’autre et je rentrais tard – si je rentrais. Je ne portais plus du tout le foulard mais à la place je me suis teint les cheveux. Même plus tard, je m’habillais des vêtements les plus fous, j’avais les cheveux emmêlés, et m’aventurais de plus en plus au-delà de la modération afin de ‘remplir’ le vide et l’ennui dans mon cœur. Tout ceci semblait m’éloigner de Dieu encore plus que je ne le croyais au début. Je ne respectais plus mes parents, je devenais insensible, égoïste, fière et amère envers tous et tout le monde en général. Avec les drogues que je prenais et les musiques que j’écoutais (Nirvana), mes périodes de dépression se sont aggravées. Elles apparaissaient soudainement et à des moments inattendus, ce qui m’a rendu presque folle. Dans mon enfance déjà, j’avais vu des démons ou des esprits, mais maintenant, ils me paraissaient si réels et je pouvais sentir leur présence. Quand j’étais défoncée, c’était comme si je quittais mon corps et je pouvais me voir comme une ombre à côté de moi-même. Bien que je ne fumais pas souvent de hasch et que j’aie arrêté complètement un an plus tard, l’effet négatif et persistant continuait à affecter ma mémoire et ma façon d’être.

Pendant un certain temps, j’ai " essayé " de ne pas penser du tout à Dieu mais lorsque je pensais à Lui, ce sujet ne me donnait pas du tout la paix. Je décidai de vérifier si l’Islam était la bonne foi, et si c’était le cas de m’y engager totalement. J’ai eu une traduction turque du Coran de ma mère. Quand j’ai commencé à le lire, je me suis sentie si malade que je n’ai pas pu continuer et j’ai décidé que l’Islam ne pouvait être la bonne foi. Durant cette période, je visitai quelques églises chrétiennes mais elles me semblaient encore plus mortes que l’Islam, juste un peu plus " pacifiste ".

Mon petit ami de cette époque, m’emmena à des réunions charismatiques et pentecôtistes. Bien que je n’avais pas prévu de devenir chrétienne, à une de ces réunions, mon cœur s’est adouci et j’ai décidé de " donner ma vie à Jésus ". Je me suis joint une des églises charismatiques, je me suis faite baptisée par immersion et quelqu’un a prié pour que je reçoive le Saint-Esprit comme la Bible le décrit. Quand une personne est " remplie du Saint-Esprit ", elle est " née de nouveau en Esprit " et elle parle dans une nouvelle langue. Pourtant, je n’ai pas reçu l’esprit. Je me disais chrétienne et bien que je croie que Jésus pardonne les péchés, dans mon cœur je me sentais toujours comme une pécheresse et personne ne pouvait m’aider. Je suis allée dans plusieurs églises et réunions pour essayer de recevoir le Saint-Esprit mais, cela n’arriva pas. Je devenais frustrée : La Bible ou ces églises avaient tord ou j’étais simplement damnée – Dieu ne pouvait pas me sauver.

Durant ce temps, quelques amis me dirent qu’ils étaient en contact avec un gars nommé George d’une église pentecôtiste dont je n’en avais jamais entendu parler. Ils me demandèrent si je voulais le rencontrer. J’ai hésité au début, puis je suis allée avec deux de mes amis à une de leurs réunions. Comme je n’étais pas vraiment intéressée, j’ai coupé le contact après un moment. J’avais rendu visite à un grand nombre d’églises et j’en avais assez. Je n’avais pas vu de différence dans cette église.

A cette époque-là j’avais 20 ans, et je n’habitais plus chez mes parents. J’avais toujours pensé que mes problèmes disparaîtraient lorsque je m’en irai de chez moi mais j’ai réalisé que ce n’était pas le cas, et je me sentais pire que jamais auparavant. C’était surtout parce que j’avais décidé de supprimer le sujet de Dieu et de m’amuser à la place, mais je ne trouvais aucun plaisir ni aucune joie dans quoi que ce soit. J’étais tout le temps agitée et n’avais pas dormi correctement depuis plusieurs mois, ce qui m’amena à me sentir à moitié morte ; j’étais à bout de souffle. Une nuit où je ne pouvais pas dormir, des pensées suicidaires semblaient forcer leurs voies dans mon esprit. J’étais apeurée et désespérée parce que je ne parvenais pas à chasser ces pensées.

Tout à coup, Dieu est revenu dans mon esprit. Avant de me suicider, je voulais donner à Dieu une chance. J’ai ouvert la Bible et j’ai prié ; rien ne s’est passé mais je n’arrêtais pas de penser à cette église Pentecôtiste qui peut-être était différente des autres. Je voulais lui donner une chance, car je ne voulais pas me présenter devant Dieu après avoir commis un suicide et découvrir que j’aurais pu avoir mes réponses dans cette église-là et même y recevoir le Saint-Esprit. Le soir-même, un ami est venu avec moi rencontrer George. Cette fois, je lui ai posé des questions et j’étais attentive. Bien que je ne comprenne pas toutes les écritures qu’il me montrait, je pouvais voir que George prenait la Bible au sérieux, qu’il ne faisait aucun compromis avec elle et que sa vie était dirigée par la Parole de Dieu. Je sentais qu’il n’était pas un hypocrite et qu’il avait à cœur de prendre soin de nos âmes. Je n’avais jamais vu cela chez un autre pasteur ou dans une autre église. Pour voir si cette église était différente, j’ai participé aux réunions, où il m’a été montré dans la Bible que pour être sauvée, je devais recevoir le Saint-Esprit. Beaucoup de raisons de ne pas le faire m’ont parcouru l’esprit. Mais finalement, j’ai décidé d’essayer ; en me disant que si ça ne marchait pas pour moi, je ne suivrai pas à cette église. J’ai reçu une prière et l’imposition des mains. Bien que je n’aie pas reçu le Saint-Esprit tout de suite, j’étais confiante que je l’aurais. Trois jours plus tard, pendant que je priais seule dans mon appartement, j’ai fortement ressenti qu’il fallait que j’ôte mon piercing et je l’ai fait. Quelques secondes plus tard, j’ai reçu le Saint-Esprit et j’ai commencé à parler dans une langue que je n’avais pas apprise auparavant. Voici une d’entre les nombreuses Ecritures qui expliquent cet évènement que j’ai vécu : ACTES 19:6 " Lorsque Paul leur eu imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient."

Depuis, ma vie et mon caractère ont changé et je suis une nouvelle personne aujourd’hui : 2 CORINTHIENS 5:17 " Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles." Depuis mon départ de chez mes parents jusqu’au moment où j’ai été sauvée, je n’avais plus du tout eu de contact avec ma famille, mais maintenant, nous avons de bonnes relations et …eux aussi entre eux. A ma grande surprise, ma famille ne voit pas d’inconvénient au fait que je sois chrétienne : elle a vu en moi une différence qui est seulement possible par le Saint-Esprit et l’enseignement accompagné de l’attention que j’ai reçus et que je reçois dans cette Assemblée. Une des plus importantes choses que j’ai apprise, et qui a favorisé l’amélioration de ma relation avec ma famille, est de pardonner. La Bible nous dit en MATTHIEU 6:14-15 " Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses."

Avec le recul, je ne regrette pas les choses que j’ai eu à passer par pour être sauvée, car je sais ce que Jésus a fait pour moi. L’écriture dans COLOSSIENS 1:13-14 décrit cela parfaitement : " Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés." Tout en moi n’a pas changé tout de suite ; au début, ça n’a pas été facile, mais cela en valait la peine ; car aujourd’hui je suis une chrétienne heureuse. Cela ne signifie pas que je sois parfaite maintenant, j’ai toujours mes luttes et beaucoup de choses à changer. Mais plus je connais Dieu (en lisant la Bible et en priant) plus cela devient facile de Le suivre et de comprendre qui Il est : " Venez à moi, vous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon jouc sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger " (MATTHIEU 11:28-30).

Je comprends mieux aussi la relation que je peux avoir avec Dieu. Jésus est le fils de Dieu, et la Bible dit que cette même relation je peux l’avoir avec Dieu comme il est décrit dans ROMAINS 8:14-17 : " Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui."

Merci d’avoir lu mon témoignage !

Hatice

Post new comment