Libéré de la musique rock

Martijn - Sydney, Australie


Photo of Martijn

Des groupes comme ‘Sick Of It All’ , ‘Suicidal Tendencies’ , ‘Pro-Pain’ , ‘Slayer’ , ‘Metallica’ , ‘Congress’ ou encore ‘Slipknot’ étaient mes héros. A l’âge de quatorze ans, je n’ai pas eu la permission d’aller à un concert de ‘Metallica’, et à cause de cela j’ai gâché toute une année scolaire et j’ai détesté mes parents. Ma rébellion a probablement commencé plus tôt, mais après cet événement, tout n’a fait qu’empirer. J’ai commencé à détester tout le monde et j’ai trouvé quelque chose à redire en chacun, sauf en moi-même.

 

Entre 17 et 18 ans, je me suis un peu calmé, réalisant que mon comportement ne m’aidait pas. Peu à peu, je me suis mis à fréquenter de plus en plus de gens et je pensais que j’allais plutôt bien. Cependant, lorsque quelque chose n’allait pas ou lorsque j’étais malheureux, quelle qu’en soit la raison, je me “fracassais la tête” avec la musique pendant un moment, et après je me sentais mieux. J’aimais beaucoup aller à des concerts et à des festivals de métal, recherchant le sexe, la drogue et le rock’n’roll. Je me laissais emporter par les paroles sociopolitiques de groupes comme ‘SOIA’ , ‘Pro-Pain’ ou ‘Congress’, pensant qu’on pouvait changer le monde par cette musique. J’en étais convaincu : j’agissais de la bonne manière.

Puis, en janvier 2000, j’ai eu l’occasion d’aller à Londres pour mon stage en entreprise. Pendant les vacances de Pâques, j’ai décidé de rentrer à la maison pour quelques jours. A la station de bus Victoria, j’ai demandé de l’aide à un jeune homme. Il attendait le même bus que moi. Nous avons commencé à parler de toutes sortes de choses : l’économie, l’école, la Hollande et le Royaume-Uni. Mais nous avons parlé de la guerre de façon approfondie. Il en savait beaucoup à ce sujet, surtout concernant la politique derrière tout cela. Dans la musique que j’écoutais, il était beaucoup question de guerre ; la guerre dans ma tête ou le suicide par procuration, mais cela était en grande partie le fruit de la frustration et de l’incrédulité.

Arrivés en Hollande, nous avons échangé nos adresses e-mails, même si j’ai réalisé que cet Ecossais “fou” était chrétien. A la maison, j’ai demandé à ma mère de me prêter sa Bible (elle a dû penser que je me moquais d’elle) et j’ai commencé à chercher quelques-unes des choses que l’Ecossais avait mentionnées. De retour à Londres, j’ai réalisé que d’une manière ou d’une autre j’avais perdu tout mon intérêt pour Ozzy ou AC/DC. J’ai repris contact avec ce Chrétien et on s’est rencontrés plusieurs fois. Puis j’ai commencé à lui poser des questions. C’était très bien de voir qu’il était normal car j’avais une image différente de la plupart des Chrétiens.

Nous nous entendions plutôt bien et il m’a invité en Ecosse. Toujours très sceptique au sujet de sa vie chrétienne, je pensais pouvoir profiter de la situation et lui demander de me faire visiter un peu l’Ecosse.

En visitant le Château d’Edimbourg, il m’a parlé un peu de l’histoire et m’a raconté que l’Ecosse avait autrefois été une nation chrétienne. Cela se voyait à l’intérieur du château, particulièrement dans la Chapelle du Mémorial de Guerre. En entrant dans le château, mes premières pensées ont été : “très bien, mais rien d’exceptionnel.” Ensuite, nous sommes entrés dans la crypte où l’on peut voir une réplique de l’Arche de l’Alliance avec l’archange Michel se tenant au-dessus. Là, j’ai senti un poids lourd sur mes épaules, comme si je portais quelqu’un. Je me suis senti sale et plein de péchés. Il fallait que ce sentiment s’en aille !

Plus tard, j’ai décidé d’aller à l’une de leurs réunions. Chose étonnante, et contrairement à mes attentes, les gens étaient normaux ; le bâtiment où nous étions n’avait rien à voir avec une église, mais c’était simplement une grande et belle maison. Ils n’ont fait en aucune façon pression sur moi (sinon, j’aurais probablement pris la fuite).

La réunion était complètement différente de tout ce dont je pouvais me souvenir de mon enfance catholique. Elle était pleine de vie. Rapidement, le pasteur a commencé à parler d’un livre où satan était dépeint comme une créature rusée qui travaille dans notre esprit, tout comme il le fit avec Eve et le fruit interdit. Cela était tellement réel pour moi. Je croyais qu’il me parlait personnellement. Une chose était claire pour moi : pendant toutes ces années, j’avais autorisé satan à entrer dans mon esprit au travers de la musique, de l’occultisme, et simplement par le fait de mener une vie de rebelle et d’égoïste.

Plus tard, ils ont chanté le chant : “The gates of hell shall not prevail against the army of the Lord” (Les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’armée du Seigneur) et cela m’a encore touché. Soudain j’ai réalisé que toutes ces choses sur Dieu et sur satan étaient réelles, et que je me trouvais sur le mauvais chemin. Je me suis presque mis à pleurer, chose que je n’avais pas faite depuis de nombreuses années. Le 28 mai 2000, je me suis repenti et j’ai décidé de donner ma vie à Jésus, tout comme dans ACTES 2:38.

“Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu…” (1 CORINTHIENS 2:12-14). Franchement, je peux dire que l’esprit de ce monde (qui vient de satan) se trouve derrière cette musique. Le rock’n’roll et presque toute la musique pop sont vraiment dangereux parce qu’ils travaillent au niveau de l’inconscient. On ne peut pas discerner spirituellement ce qui se passe, ni comment cela nous influence. Par Sa grâce, Dieu m’a sauvé de cela.

Post new comment