Dieu guérit notre fils Jonathan par une suite de miracles !

Christof, Monika et Jonathan - Perth, Écosse

Photo of Christof, Monika et Jonathan

Bonjour, nous sommes Christof et Monika, de Perth, en Ecosse; nous aimerions vous parler de notre fils et de toutes les choses que nous avons vécues avec lui par la grâce de Dieu.

Après quelques examens spécifiques effectués lors de la grossesse, nous avons été informés que notre bébé serait atteint d’hypoplasie du cœur gauche à la naissance. Le docteur nous a dit qu’il s’agissait d’une maladie des plus graves qui existent. Autrefois les enfants atteints de ce syndrome mouraient souvent peu après leur naissance car la circulation sanguine est pauvre. La chirurgie a bientôt été possible, mais les interventions se soldaient invariablement par un échec, et l’enfant mourait. Plus tard, l’opération fut réalisée sur deux interventions séparées, mais il y eut peu d’amélioration et la profession médicale envisageait d’abandonner toute forme de chirurgie. Alors l’opération a été menée sur trois interventions différentes, et les résultats ont été plus concluants pour l’enfant.

Nous avions trois options : l'avortement, laisser l'enfant mourir après la naissance ; ou la chirurgie, ce qui signifiait que l’enfant subirait au moins trois opérations au cours des prochaines années. Toutes les opérations, et en particulier la première, sont très risquées et peuvent causer la mort de l’enfant. Les opérations ne le guériraient pas, mais lui permettraient de vivre quelques années de plus. Il allait rester un malade chronique.

Quelle nouvelle accablante! Nous avons amené nos pensées et peurs vers Dieu et nous avons relaté la nouvelle à notre église. Chacun a commencé à prier dans le Nom de Jésus pour qu’un miracle créatif se réalise.

Un ami m’a suggéré de lire le livret « Il y a un miracle dans ta bouche » dans lequel est relatée l’histoire d’un enfant très malade. Je l’ai lu et j'ai été énormément ému. J’ai lu que nous devons trouver les promesses de Dieu qui correspondent à notre situation, les confesser, et Dieu agira selon Sa Parole. J’ai commencé à rassembler les promesses de Dieu que nos amis avaient mentionné dans leurs lettres ou que Dieu m’avait révélé à différents moments. Les Ecritures, dont quelques-unes sont très similaires, m’ont fait penser à un cercle. Une écriture conduit à une autre et toutes se correspondent parfaitement. Pendant la grossesse, il m'est parfois arrivé d'éclater en sanglots. En une instance particulière, l’Ecriture dans ESAIE 26:4 m’est venue à l’esprit : " Confiez-vous en l’Eternel à perpétuité, car l’Eternel, l’Eternel est le rocher des siècles." Cela m’a donné une grande paix dans le cœur et j’ai séché mes larmes. Dieu a agit selon Sa Parole en ESAIE 26:3 " A celui qui est ferme dans ses sentiments tu assures la paix, la paix, parce qu’il se confie en toi."

La naissance et les circonstances dans lesquelles cela s'est passé ont été bénies par Dieu. Les médecins nous ont déclaré que Jonathan était en très bonne santé, en dépit de sa maladie cardiaque. Notre vie à l’hôpital a alors commencé, une vie dans un monde différent. Les " hauts" et les "bas" se succèdent, les bonnes et les mauvaises nouvelles, ou pas de nouvelles du tout. Au septième jour, Jonathan a eu sa première intervention chirurgicale. A cette époque, seulement la moitié des enfants qui arrivaient jusque-là survivaient, et encore la moitié survivaient à l'intervention, car elle affaibli beaucoup l'organisme. Toute notre église était en prière à ce moment-là, ainsi que pendant les autres opérations et à chaque fois que des difficultés survenaient. Le Seigneur a protégé Jonathan et les chirurgiens ont fait un excellent travail. Il y a eu très peu de complications ; à chaque fois qu’elles survenaient nous avons prié et le Seigneur a répondu, montrant qu’Il est Seigneur au-dessus de tout. Une fois, par exemple, Jonathan a eu un pneumothorax. Les médecins étaient enchantés que Jonathan soit toujours en bonne santé et le seul traitement qu’ils lui ont préconisé a été d’augmenter la respiration artificielle. En l'espace de 24 heures, période pendant laquelle nous n'avons pas céssé de prier, le pneumothorax a complètement disparu. Le médecin nous a dit que l'état des enfants qui avaient cette complication empirait parfois de façon très sévère en très peu de temps. Une semaine après l’opération, un autre enfant qui avait le même problème, mourut peu après avoir subi exactement la même opération. Nous étions très attristés et cela nous a rendus humbles ; une fois de plus j’ai reconnu que toute vie vient de Dieu et qu'elle est donnée par Sa grâce.

Quand Jonathan a eu environ trois semaines, nous avons été déchargés de l’hôpital. Il s’était bien développé et les médecins étaient ravis qu'il soit en si bonne santé, aussi bien physique que mentale, même lorsqu’il était encore dans l’unité des soins intensifs. C’était exceptionnel parmi les enfants qui ont des maladies cardiaques aussi sévères.

Nous avons consacré les mois suivants à l'allaiter toutes les 2 heures, jour et nuit. Nous étions donc très pris par les évènements, mais nous avons vu Jonathan grandir. Nous avions un rendez-vous chez le cardiologue toutes les semaines pour faire des examens, et nous prions à chaque fois pour que les résultats soient bons. Lorsqu'il vérifiait le taux d'oxygène dans le sang, nous regardions le taux monter et nous attendions qu'il arrive à 70 % et au-delà, nous devions être patients! 

Jonathan a dut subir sa seconde opération à l'âge d'environ quatre mois. Tout s'est bien passé, il a bien récupéré et n’a eu besoin d’oxygène qu’occasionnellement. Cependant, dans les jours suivants, il a tout à coup eu besoin d’oxygène en permanence, à cause d’un faible taux d’oxygène dans le sang. Les médecins ne savaient pas pourquoi, mais ils nous dirent que si cela persistait, et que Jonathan se portait bien par ailleurs, nous pourrions rentrer chez nous avec une bouteille d’oxygène et un appareil pour vérifier nous-même son taux d’oxygène dans le sang. Au début ce fut un peu un choc pour moi. J’ai ré-étudié les Ecritures que j’avais rassemblées, pour que Dieu puisse me donner la foi. Notre église et nous avons prié pour que Dieu se manifeste. Quand quelqu’un me demandait comment allait Jonathan, je répondais, par la foi en la Parole de Dieu, que nous rentrerions à la maison sans oxygène. Un examen suivant révéla que le cœur de Jonathan fonctionnait bien et qu'il n'y avait aucun problème, hormis le faible taux d’oxygène. Le jour suivant le taux d’oxygène dans son sang est monté soudainement à 88 % et s’y est maintenu. Quelques jours plus tard, nous avons quitté l’hôpital car le taux s'était stabilisé à ce chiffre, alors qu'avant l'opération, il était si bas que les médecins nous avaient assuré l'improbabilité de jamais atteindre le niveau que nous espérions (85-90 %). Un an après cette opération, son taux d’oxygène était de 90 %. Quelle joie de pouvoir rentrer à la maison sans aucun appareil !

A trois ans, notre fils a subit sa troisième opération, qui s’est également bien passé, malgré des difficultés. Suite à cela, il a eu une paralysie du diaphragme, des effusions pleurales et fut proche de la pneumonie. Après avoir prié pour lui par imposition des mains, il n’a plus eu besoin d'analgésiques, alors qu'ils étaient indispensables auparavant.

Six semaines plus tard nous avons quitté l’hôpital et avons vu Jonathan se rétablir. Dieu a continué à répondre à nos prières prières et faire des miracles à maintes reprises. Sa Parole était toujours là pour nous donner la foi. Je possède aujourd'hui presque deux pages d’Ecritures qui m’ont aidées à ce moment-là ; Dieu a rendu Sa Parole vivante pour nous donner force et confiance.

Des années ont passé et Jonathan est maintenant adolescent. Dieu l’a soutenu dans les moments risqués, comme par exemple lors d’une entéropathie au niveau intestinal, une infection de la rate qui a interféré avec le traitement anticoagulant, signifiant que son sang ne coagulait plus, un accident de vélo, et diverses infections. Dieu a pris soin de lui en toute chose. Les derniers tests et examens ont montré que Jonathan est en très bonne santé et nous sommes très heureux de l’avoir avec nous. Il est le témoignage vivant des miracles de Dieu.

Dieu prend le plus grand soin du bien-être physique de Jonathan et avec le temps, je réalise de plus en plus que notre responsabilité, en tant que parent est de prendre soin de l’âme de nos enfants. Cette tâche nous est confiée par Dieu. Un jour une personne remplie de sagesse a dit : « La plus grande responsabilité de l’homme dans la vie est de s’assurer que sa précieuse âme est heureuse et sauvée pour l’éternité : rien d’autre, absolument rien d’autre n’est plus important que cela. »

Récemment Jonathan a reçu le don du Saint Esprit avec le signe du parler en d’autres langues et a ensuite été baptisé par immersion totale. Depuis il s'attache à connaître Son Créateur !

 

Post new comment