Du communisme à Christ

Nadia - Saint Pétersbourg, Russie

Photo of Nadia

Bonjour à tous de St-Pétersbourg,

Je suis née et j’ai grandi dans la Russie communiste. Mon père croyait sincèrement au communisme et me disait que la chose la plus importante dans ma vie était de devenir ‘quelqu’un de bien’. Je n’ai jamais su ce qu’il voulait dire par là car il mourut quand j’avais 11 ans… Il me disait des tas de choses qui me faisaient réfléchir à propos de Dieu et quand je lui demandais directement si Dieu existait, il disait que très honnêtement, il ne le savait pas. Depuis cet instant, je n’ai pas eu de paix dans mon cœur au sujet de l’âme de mon père. C’était un homme bon mais je pensais, 'si Dieu existe, est-il avec Lui ?'

Plus tard, je suis devenue croyante et je commençais à me rendre à l’Eglise orthodoxe, même s’il y avait principalement des personnes âgées qui n’avaient rien n’à perdre en cas de persécution par les autorités. J’ai me suis rendue dans différentes églises, j’ai rencontré beaucoup de gens et j'ai même fait un séjour dans un monastère. Cela ne m'a pourtant pas éclairé, tout était mystère, encens, Reine des Cieux, enseignements des pères, etc. (quelques informations sur les erreurs de l’église orthodoxe peuvent être trouvées sur ce site). Néanmoins, Dieu répondait toujours à mes prières.

Ensuite, j’ai réalisé que j’avais une attitude très égoïste envers Lui. Je demandais ce dont j’avais besoin et je le recevais, sans me soucier de Sa volonté. Il y avait sûrement quelque chose qu’Il allait réclamer de ma part. Je me rappelle étant debout dans une église orthodoxe parmi l’or et les bougies et demandant sincèrement à Dieu de me montrer ce qu’Il voulait que je fasse. Mon esprit était rempli de doutes : qui étais-je pour remettre en question l'autorité, les siècles de traditions et les enseignements des pères de l’église, etc. ? J’ai demandé à Dieu de me conduire vers une Assemblée (tout en me demandant pourquoi j’employais ce mot qui ne m’était pas familier). J’étais embarrassée lorsque j’ai réalisé combien ma vie était hypocrite. D’un côté, je ne cachais pas que j’étais croyante (ce qui choquait certaines personnes) mais d’un autre côté, ma vie n’était pas plus pure que celle de qui que ce soit d’autre. Je compris que le fait d’aller à l’église n'allait pas me rendre plus chrétienne et je vis de plus en plus l’hypocrisie de l’église, surtout lorsque j'ai commencé à étudier la Bible.

Au début, je n’avais pas de Bible du tout. Lorsque je me décidai à acheter ‘le livre illégal’ pour le quart de mon salaire mensuel, je rencontrai par chance des américains qui m’offrirent une Bible neuve en cadeau. En aucun cas cela n'aurait pu être une coïncidence ! Les américains m’expliquèrent aussi l’importance d’avoir une relation personnelle avec Dieu. Cette idée me toucha énormément. Je ne pouvais pas la faire sortir de ma tête… pas d’icônes, pas de saints, pas même d’église, mais seulement Jésus-Christ comme médiateur entre les hommes et Dieu. Physiquement, je me sentis soulagée comme si j’avais été libérée d’un énorme fardeau. J’ai commencé à dévorer mon Nouveau Testament et j’avais beaucoup de questions. Mes nouveaux amis me donnèrent généralement des réponses et des explications en ouvrant la Bible et en me montrant des Ecritures.

Tout semblait bien aller pour moi ; j’étais bénie avec un travail dont jamais je n’aurai osé rêver. Je voyagais beaucoup et j’appréciais ce que je faisais. Malgré tout cela, il y avait toujours ce sentiment que quelque chose manquait. Pourtant, je devins trop prise par les choses pour ouvrir ma Bible. Je réalisais que quelque chose devait changer.

Par la suite, un danois s’approcha de moi au Kremlin. Il m’a dit qu'il était temps pour moi de prendre un nouveau chemin dans ma vie professionelle de guide touristique. Il a insisté et le jour suivant, il organisa une invitation pour moi afin d’aller dans son pays ! Après plusieurs appels téléphoniques de sa part, il réussit à me persuader à prendre des vacances pour visiter le Danemark.

Lorsque je fis ma demande de congés auprès de ma chef, celle-ci refusa car le travail avait été planifié des mois à l’avance. Personne de pouvait me remplacer. J’ai alors démissionné (chose impensable tellement j’aimais mon travail). Pour faire court, en novembre 1990, j’étais en route vers Copenhague. J’ai prié et remis tout le voyage entre les mains du Seigneur.

Copenhague est une belle ville, mais je ne m'y sentais pas vraiment à l'aise. Je me suis retrouvée dans une situation difficile : l’homme qui m’avait invitée m’abandonna soudainement en me laissant me débrouiller seule. En regardant mon agenda, j’y lu une Ecriture : Nous savons du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu… (ROMAINS 8:28) Cette écriture me sauta aux yeux. Je savais que Dieu me parlait directement à cet instant et j’arrêtais de me faire du souci. Tout à coup, je rencontrai des russes, des connaissances de mes amis de Moscou. Ils me proposèrent de m’installer chez eux. J’acceptai et m’installai le dimanche suivant.

Le samedi avant le déménagement, je me promenais le long d'une rue centrale lorsqu’une jeune femme me donna un tract et m’expliqua qu’il parlait de la Bible. Je la remerciais et je le lui rendis en lui disant que je ne comprenais pas le danois et que de toute façon, j’étais déjà chrétienne. L'homme qui était avec elle me demanda abruptement : « Puisque vous dites être chrétienne, est-ce que vous avez reçu le Saint-Esprit ? » Personne ne m’avait posé une question si difficile auparavant … Comment pouvais-je savoir si je l‘avais ou pas ?

Tout ce que je savais de l’église et de la Bible était qu’il y avait une Trinité : Dieu le père, Dieu le fils et Dieu le Saint-Esprit. Cependant, je n’avais jamais considéré avoir une relation personnelle avec l’Esprit-Saint. Alors Stefan (l’homme qui m’a questionnée) me raconta le jour de la Pentecôte dans la Bible et comment les premiers apôtres reçurent l’Esprit-Saint, et qu'aujourd'hui rien n’a changé, les gens peuvent recevoir le Saint-Esprit de la même manière ! Il m’invita à prendre part à une réunion chrétienne le jour suivant et me dessina un plan. Je lui répondis qu’honnêtement, je ne pourrais pas venir car mon déménagement avait lieu le même jour.

Le dimanche, je suis arrivée à l’heure au rendez-vous avec mon ami pour que nous fassions le chemin ensemble jusqu’à mon nouvel appartement. Il arriva une heure en retard (son vélo avait été volé). Il me fit un plan pour que je puisse y aller toute seule à vélo. A ma grande surprise, le dessin me rappela celui que j’avais reçu la veille ( et qui était encore dans ma poche). Je comparai les deux et découvris que l’emplacement de la réunion de ce jour était exactement sur la route de mon nouvel appartement ! Comme j’y allais seule, je décidai de m’y arrêter au passage.

Au moment où je suis arrivée, la réunion touchait à sa fin et j’ai écouté les écritures qui étaient lues (elles étaient lues directement de la Bible, ce qui prouvait que ces personnes prêchaient à partir de la Parole de Dieu uniquement). Ensuite, ils prirent le pain et la coupe (la communion) et Stefan parla dans une langue qui sonnait de l’Est. Je lui ai demandé plus tard combien de langues différentes il parlait (c’était un allemand vivant au Danemark, et me parlant en anglais). Il m’expliqua que durant la communion, il avait parlé en langues et que celle-ci, il ne la comprenait pas. J’étais quelque peu touchée et impressionnée par la vie spirituelle de ces chrétiens. Malgré tout, l’idée de parler moi-même en langues semblait être quelque chose d’inimaginable.

Un peu plus tard, Ella, la femme de Stefan, me témoigna de son origine catholique et du fait que son baptême quand elle était bébé n'avait aucune valeur ; et aussi qu’elle avait du se repentir et se faire baptiser en tant qu’adulte par une immersion totale sous l’eau et qu’après cela elle a reçu le Saint-Esprit.

Je me comparais à cette vérité biblique, et réalisai avec choc que je ne pouvais pas dire avoir été correctement baptisée. Je participais à la réunion prochaine du mercredi, et quand on me demanda si je voulais recevoir l’Esprit-Saint, je répondis ‘oui, bien sûr !’, sans vraiment penser que cela puisse m'arriver. Ainsi ils m’imposèrent les mains et ils prièrent pour moi… Tout à coup, je commençai à parler couramment dans une langue inconnue. Je compris alors ce que Jésus entendait par ‘des fleuves d'eau vive couleront de son sein’ (JEAN 7:38)

Le jour suivant j’ai été baptisée comme il faut dans une piscine.

C’est ainsi que Dieu guida beaucoup de situations dans ma vie et m’emmena à l’endroit idéal afin que je sois sauvée ! Dieu soit loué ! J’ai pu rester au Danemark trois mois supplémentaires, temps pendant lequel j'ai énormément appris, car je n’avais plus ni travail, ni obligation à Moscou. Mon histoire me rappelle celle des croyants du livre des Actes des apôtres ; ils croyaient, mais ne connaissaient pas encore l'Esprit-Saint. Quand ils en entendirent parler, la chose suivante se produisit :  Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient (ACTES 19:6)

Dieu m’a bénie et je suis maintenant mariée et j’ai deux enfants adorables.

Nadia

Post new comment