La Bible Ostervald 2ème partie

2. Pourquoi préférez-vous utiliser la version Ostervald plutôt que des versions modernes comme la Traduction Œcuménique de la Bible (T.O.B.) ?

Réponse :

Nous ne sommes pas des “inconditionnels” de la version Ostervald et nous utilisons d'autres Bibles pour l'étude et la clarification de passages difficiles. Ainsi, nous avons jusqu'ici considéré que la version Louis Segond TBS (Trinitarian Bible Society) était la plus fiable et nous nous y référons pour les citations bibliques de ce site Internet. C'est aussi la version que nous utilisons au quotidien et dans nos réunions. Cependant, nos dernières recherches sur les différentes versions de la Bible ont montré que la version Ostervald est également l'une des MEILLEURES traductions disponibles en langue française.

Jean-Frédéric Ostervald est né en Suisse, à Neuchâtel, un important centre d'influence protestante francophone au XVIIIème siècle. Il a étudié avec les principaux théologiens de son temps avant de devenir lui-même un pasteur et un théologien de grande renommée.

Ostervald a établi sa version de la Bible, publiée en 1744, à partir de la traduction la plus ancienne de la Bible existant en français, celle d'Olivétan, qui date de 1535. La version d'Ostervald est en fait une réactualisation de la traduction de David Martin (fondée elle-même sur le travail d'Olivetan), dont elle a corrigé les archaïsmes. Elle est devenue ensuite la Bible la plus utilisée dans les églises protestantes du XIXe siècle. Le texte d'Ostervald a été légèrement revu en 1996.

Nous croyons que la version Ostervald se fonde sur des textes supérieurs, qu'elle recourt à des techniques supérieures et démontre une théologie supérieure.

1. La version Ostervald se fonde sur des textes supérieurs (manuscrits originaux)                                                              2. La version Ostervald a recours à une meilleure technique                                                                                             3. La version Ostervald démontre une théologie supérieur

1. La version Ostervald se fonde sur des textes supérieurs (manuscrits originaux)

La traduction d'Ostervald (et aussi celle d'Olivetan) se fonde sur le Textus Receptus, le “texte reçu”. C'est le courant de textes également appelés “manuscrits byzantins” ETANT DONNE QU'ILS SONT ORIGINAIRES D'ANTIOCHE. La plupart des versions modernes se fondent (à des degrés variables) sur les manuscrits alexandrins. Alors pourquoi croyons-nous que les textes d'Antioche sont plus fiables ?

a) Les traductions d'Ostervald et d'Olivetan se fondent sur une meilleure version de l'Ancien Testament en hébreux.

Les versions d'Ostervald et d'Olivetan sont traduites d'après le texte hébreu massorétique. Les Massorètes étaient des érudits hébreux et des critiques du texte qui ont fini par ouvrir des académies à Tibère et Babylone. Dans le but de préserver le texte hébreu exact de l'Ancien Testament, ils ont introduit des voyelles accentuées, des accents fixes, des pauses marquées par un retour à la ligne, etc... Ils ont observé une exactitude scrupuleuse en recopiant les textes. Le texte sur lequel se fonde les traductions d'Ostervald et d'Olivetan est le texte de Ben Chayyim qui, en raison du travail des Massorètes, est TRES PROCHE DE L'ORIGINAL HEBREUX. Les traductions d'Ostervald et d'Olivetan ont FIDELEMENT TRADUIT CE TEXTE, MOT A MOT.

Cependant, les traducteurs de la TOB ont par exemple décidé que ce texte, qui a été accepté en tant qu'Ancien Testament Hébreu pendant plus de 1000 ans, avait besoin d'être “remis à jour”. La TOB considère que la version de la septante (la traduction grecque de l'Ancien Testament) se trouve au même niveau que le texte hébreu même ; les traducteurs de la TOB se sont également permis de "corriger" le système de voyelles des manuscrits hébreux ! Ils PRETENDENT ETRE EN MESURE de connaître le texte hébreux mieux que ceux qui l'ont recopié et préservé !

b) La version Ostervald (et celle d'Olivetan) se fonde sur une meilleure version du Nouveau Testament grec.

La version Ostervald (et d'Olivetan) se fonde sur les “textes byzantins” des manuscrits grecs. La source de ces textes provient d'ANTIOCHE, LA OU LES DISCIPLES ONT ETE APPELES CHRETIENS POUR LA PREMIERE FOIS ! Ces textes étaient les textes standard utilisés par l'Eglise depuis ses débuts jusqu'à la fin du 17e siècle ! L'Eglise a REJETE les quelques textes corrompus d'Alexandrie, en Egypte (d'où ont émergé les faux enseignements d'Origène et beaucoup d'autres mouvements corrompus et sectes) et elle s'en est tenue aux textes d'Antioche, qui se trouvaient être le point de départ de la propagation de l'évangile dans toute l'Asie Mineure et le reste de l'Empire Romain après la chute de Jérusalem, en 70 après Jésus-Christ.

D'après Kurt Aland, il y avait en 1967 environ 5255 manuscrits grecs disponibles. Nous allons COMPARER LE NOMBRE de manuscrits qui concordent avec les textes byzantins (sur lesquels se fonde la version Ostervald) avec le texte alexandrin (qui est inclus dans les versions modernes à des degrés variables) :

Sur les 88 fragments de papyrus, 75 se fondent sur le texte byzantin, et seulement 13 sur le texte alexandrin.
Sur les 258 manuscrits unicals, 249 se fondent sur le texte byzantin, mais seulement 9 sur le manuscrit alexandrin corrompu.
Sur les 2764 manuscrits cursifs, 2741 se fondent sur le texte byzantin, alors que 23 prennent pour base le manuscrit alexandrin !!!
Sur les 2143 manuscrits lectionnaires, 2143 se fondent sur le texte byzantin, alors qu'AUCUN ne prend pour base le manuscrit alexandrin !
Au total, sur les 5255 manuscrits grecs, 5210 se fondent sur le texte byzantin et seulement 45 sur le texte alexandrin.

Cependant, Dieu a bien promis de préserver Sa Parole :

"LES PAROLES DE L'ETERNEL SONT DES PAROLES PURES, un argent éprouvé sur terre au creuset, et SEPT FOIS EPURE. Toi, Eternel ! tu les GARDERAS, tu les PRESERVERAS de cette race à jamais.” (PSAUME 12:7-8).

Etant donné que 99% des textes font tous partie du courant byzantin, il est clair que Dieu A préservé Sa Parole, et ainsi nous devons veiller à ce que notre Bible soit traduite d'après cette source de documents (comme c'est le cas des versions Ostervald et Olivetan) plutôt que d'après les TEXTES ALEXANDRINS, QUI SONT CORROMPUS.

Les deux principaux textes alexandrins (le Sinaïticus, ou texte Aleph, et le Vaticanus, ou texte B) sont d'une qualité tellement pauvre à pratiquement tout égard qu'ils diffèrent même en 3000 endroits les uns des autres rien que dans les évangiles. Il n'y a pas d'unité entre eux, ce qui explique que des traductions les utilisant soit comme base (Westcott et Hort) ou même comme référence accessoire (Nestle-Aland) peuvent “CHOISIR” QUELLE VERSION DU TEXTE CONVIENT LE MIEUX A LEUR “PHILOSOPHIE”.

Scrivner a dit que le Codex Aleph a été “grossièrement rédigé”, “rempli d'erreurs énormes au niveau de la transcription du texte ” telles que “l'omission de lignes entières par rapport à l'original”. Ainsi, lorsque Mme Gail Riplinger déclare en termes de profane que 60 000 mots sont absents des traductions modernes, elle n'a vraiment pas tort ! Cela s'explique par le fait que les MANUSCRITS DONT ELLES PROVIENNENT SONT ERRONES et omettent des sections entières de l'Ecriture.

Le Vaticanus omet :

De GENESE 1:1 à GENESE 46:28
PSAUMES 106-138
MATTHIEU 16:2-3
Les épîtres de Paul
HEBREUX 9:14-23;25
APOCALYPSE

En plus de tout cela, rien que dans les évangiles, il omet 237 mots, 452 parties de phrases et 748 phrases entières. Plus tard, dans des centaines de copies se recoupant les unes avec les autres, on a trouvé ces mêmes mots, ces mêmes parties de phrases et ces mêmes phrases au même endroit.

Cependant, il y a beaucoup d'articles qui critiquent le texte byzantin, sur lequel se fondent les versions Ostervald et Olivetan, alléguant en général que les deux principaux textes alexandrins (le Vaticanus et le Sinaïticus) sont les plus anciens. C'est le cas, en effet. Pourtant, PLUS ANCIEN NE SIGNIFIE PAS FORCEMENT PLUS PRECIS OU MEILLEUR. Ce qui est plus important, c'est le nombre de générations depuis lesquelles il a été extrait des écrits originaux. Par exemple, un texte peut avoir 1000 ans de plus que les écrits originaux, mais s'il n'est passé que par 4 générations de copies pour en arriver à ce stade, il sera très précis. En revanche, un autre texte peut avoir été pris des écrits originaux depuis 400 ans, mais être passé par dix versions et copies au cours de cette période. Dans ce cas, le manuscrit le plus ancien sera MOINS fiable. Ainsi, l'ANCIENNETE COMME CRITERE DE LEGITIMITE EST EN SOI ERRONEE.

2. La version Ostervald a recours à une meilleure technique

Pour la traduction de la version Ostervald, la méthode de l'équivalence verbale et formelle a été utilisée, ce qui signifie, en terme de novice, qu'il s'agit d'une TRADUCTION “MOT A MOT". Cette méthode repose sur la conviction que Dieu savait ce qu'Il disait et pourquoi Il a exprimé les choses d'une certaine façon, qui a été préservée dans la traduction. Ostervald a essayé de rendre les TERMES HEBREUX ET GRECS utilisés TELS QUELS et leurs équivalents français exacts

Les versions modernes utilisent la méthode des “équivalences dynamiques”, qui consiste à essayer de rendre les “idées” des textes originaux dans leur traduction. Cette méthode pose problème dans la mesure où elle AJOUTE DE LA SUBJECTIVITE dans la traduction, à un degré bien plus significatif que la méthode utilisée par Ostervald. En d'autres termes, un traducteur lit l'original, il réfléchit à CE QUE CELA SIGNIFIE SELON LUI, puis traduit sa PENSEE en français. Il ne s'agit pas d'une traduction littérale. La TOB, par exemple, présente plus de 6 000 cas similaires de traduction par équivalence dynamique !

Pourtant, Jésus dit : “...Il est écrit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de TOUTE PAROLE QUI SORT DE LA BOUCHE DE DIEU.” (MATTHIEU 4:4)

Mais selon la méthode de l'équivalence dynamique appliquée dans les versions modernes, comment savons-nous QUELS SONT LES MOTS QUI VIENNENT DE DIEU ET CEUX QUI PROVIENNENT DES TRADUCTEURS ? Après tout, leur objectif n'est pas de traduire mot à mot !

3. La version Ostervald démontre une théologie supérieure

Un courant de pensée défendant les changements opérés dans les versions modernes avance le fait qu'elles ne servent aucune doctrine d'importance. Beaucoup d'articles affirment que tous les changements sont minimes, et qu'ils ne font que reprendre la langue, les phrases, etc… des anciens manuscrits, en utilisant de meilleures techniques de traduction.

Pourtant, ce n'est pas le cas. Vous trouverez ci-dessous un simple échantillon des changements opérés dans les versions modernes de la Bible. Ceux-ci sont très concrets et TOUCHENT BIEN REELLEMENT A NOTRE THEOLOGIE ET A NOS DOCTRINES. C'est à cet égard que le travail de Mme Riplinger est particulièrement bien fait et fournit de nombreux détails. (Ses travaux concernent la version anglaise “King James” par rapport à la version moderne “NIV”, mais une grande partie des faits décrits dans son ouvrage peut être reprise pour la version Ostervald et la TOB). Dans la version anglaise NIV, le docteur Jack Moorman a retenu 356 passages touchant à la doctrine qui ont été changés pour se conformer aux manuscrits Aleph et B d'Alexandrie, le “repère de l'hérésie”. Nous ne disposons pas de chiffres concernant la TOB, mais vu que celle-ci est pratiquement une traduction littérale de la NIV, nous avons toutes les raisons de croire que ces passages ont été changés de la même façon dans la TOB.

Des points aussi essentiels que la DEITE DE CHRIST ou la doctrine de la trinité sont contestés, LE FAIT QUE LE FILS DE L'HOMME SE RETROUVE A LA DROITE DU PERE DANS LES CIEUX est nié ; la croyance en Jésus n'est pas reconnue en tant que CONDITION POUR OBTENIR LA VIE ETERNELLE ; la prière au Père dans le nom du Fils est raccourcie ; les références au TRONE DU JUGEMENT DE CHRIST sont enlevées ; l'INCARNATION MIRACULEUSE DU FILS est éliminée dans certaines Ecritures ; les REFERENCES A L'ENFER sont enlevées ; les références au SANG DE JESUS sont enlevées, etc…

Voici trois exemples parmi plein d'autres :

Exemple 1

Version Ostervald : “En qui nous avons la rédemption PAR SON SANG, la rémission des péchés”. COLOSSIENS 1:14

TOB : “en lui nous sommes délivrés, nos péchés sont pardonnés” COLOSSIENS 1:14.

La référence au SANG DE JESUS a été ENLEVEE !! Il est intéressant de noter au passage que l'on ne peut plus chanter les hymnes classiques qui mentionnent le fait d'être “lavé par le sang” si on lit la TOB, étant donné que toutes les phrases de cette sorte ont été omises ! Malheureusement, plus de “J'ai l'assurance de mon salut", “Just As I Am” ou “Le Sang est puissant” pour les lecteurs de la TOB.

Exemple 2

Version Ostervald : “Et Joseph et sa mère étaient dans l'admiration...”. LUC 2:33

TOB : “Le père et la mère de l'enfant étaient étonnés”. LUC 2:33

Cette traduction AMOINDRIT tout bonnement LE FAIT QUE CHRIST SOIT NE D'UNE VIERGE ! Dès lors, Joseph devient son vrai père dans la TOB.

Exemple 3

Version Ostervald : “puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Christ... C'est pourquoi chacun d'entre nous rendra compte à Dieu pour lui-même ”. ROMAINS 14:10b, 12.

TOB : “Tous, en effet, nous comparaîtrons devant le tribunal de Dieu… Ainsi, chacun de nous rendra compte à Dieu pour soi-même.” ROMAINS 14:10,12.

Dans la version Ostervald, tous doivent COMPARAITRE DEVANT CHRIST, en rendant compte à Dieu, CHRIST ETANT AINSI APPELE DIEU. La TOB change “Christ” dans le verset 10 en “Dieu”, ainsi, le verset 12 n'est plus qu'une répétition du verset 10, et non une confirmation du fait que la Personne de la Trinité qui a le droit de juger est Christ.

"TA PAROLE EST ENTIEREMENT EPROUVEE, ET TON SERVITEUR L'AIME" PSAUME 119:140.