Quelques questions aux protestants

1. Vous dites que vous êtes protestant ? Pourquoi ? Connaissez-vous la signification de ce mot ? Qu’est-ce qu’un protestant ? Je suppose que vous entendez par là quelqu’un qui n’est pas catholique. Mais qu’est-ce-qu’un catholique ? Si vous ne savez pas, admettez-le. N’est-ce pas cela en vérité ? Vous vous dites protestant, mais sans savoir ce qu’est un protestant. Vous êtes contre les catholiques, et pourtant vous ne savez pas ce qu’ils sont. Alors pourquoi faites-vous mine de savoir ? Pourquoi prononcez-vous des mots que vous ne comprenez pas ?

2. Vous aimeriez savoir ce que veulent dire catholique et protestant? Un catholique ou papiste est quelqu’un qui considère que le Pape ou l’Evêque de Rome (le nom papa, ou père, était, à l’origine, attribué à tous les évêques) est le chef de l’église chrétienne dans son ensemble; et que l’église de Rome, dont le Pape est à la tête, est la seule église chrétienne.

3. Au fil des ans, beaucoup d’erreurs se sont glissées dans cette église, erreurs dont des honnêtes gens se sont plaints. Et il y a environ deux cents ans, le Pape convoquait de nombreux Evêques et religieux à Trente, en Allemagne. Mais ces derniers, plutôt que de corriger les erreurs, les ont toutes établies comme des lois, les transmettant ainsi aux générations suivantes.

4. compte parmi ces erreurs : la doctrine des sept sacrements, la transsubstantiation, la communion d’une seule façon, le purgatoire, la prière pour les morts, l’adoration des images, les lettres d’indulgence, ou pardon accordé par le Pape, ces dernières pouvant être achetées.

Certains pensent que ces erreurs, aussi grandes soient-elles, ne font que salir la puteré de la chrétienté; mais une chose est sûre: ce qui suit vient en attaquer la base-même, et cherche à banir la vraie religion hors de ce monde :

5. Première doctrine : la rétribution (le salut par les œuvres). Le fondement même de la chrétienté est que l’homme ne mérite rien de la part de Dieu, et que l’on est "gratuitement justifié par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ;" pour aucune de nos œuvres ou ce que nous avons fait de bien, mais par la foi dans le sang de l’alliance

Cependant les catholiques soutiennent que l’homme peut mériter ou gagner la vie éternelle; que l’on est justifié, non par la foi en Christ seulement, mais par les œuvres qui accompagnent la foi.

Cette doctrine contredit la base de la foi chrétienne, le seul fondement de la vraie croyance.

6. Deuxième doctrine: la prière aux saints, et l’adoration des images. La prière qu’ils adressent à Marie est : “ O Mère de Dieu, O Reine des cieux, obtiens de ton Fils la miséricorde pour nous !" Et, " Le bon usage des image " d’après le Concile de Trente, " est de les honorer en s’inclinant devant elles." (Chap. 25, § 2)

Cette doctrine se heurte à la base-même du grand commandement (que les catholiques disent faire partie du premier) : "Tu ne te prosterneras pas devant elles, et tu ne les serviras point," cela veut bien dire aucune image. C’est une idolatrie flangrante, palpable, évidente aux yeux de tous, et qui ne peut ni être niée, ni excusée; idôlatrie qui cherche à détruire l’amour de Dieu, cet amour qui est le premier et grand commandement

7. Troisième doctrine: la persécution. Cette dernière a été la doctrine préférée de l’Eglise de Rome pendant de nombreux siècles. Les catholiques en général soutiennent encore l’idée que tous les hérétiques (tous ceux qui pensent différemment) devraient être forcés à accepter ce qu’ils appellent la véritable foi, c’est à dire à devenir membre de l’église par force ou à quitter ce monde.

Maintenant, cette doctrine attaque et anéantit le deuxième grand commandement. Elle amène tout droit à l’aveuglement, au zèle amer, à la colère, la haine, la malveillance, la divergence ; ainsi qu’à la colère, à des paroles et des actes qui sont tout à fait contraires au principe d’aimer son prochain comme soi-même.

Il est évident que ces grandes doctrines du salut par les œuvres, de l’idolâtrie et de la persécution, en détruisant la foi, l’amour de Dieu et l’amour de notre prochain, tendent à bannir la vraie chrétienté hors de ce monde.

8. Nos ancêtres ont bien dû protester contre tout cela, pour qu’on les nomme protestants. Ils protestaient publiquement contre toutes les erreurs des papistes, mais en particulier contre ces trois-ci : la foi chrétienne anéantie, en maintenant que l’homme peut aller au Ciel en faisant de bonnes œuvres ; l’amour de Dieu renversé par l’idolâtrie ; l’amour du prochain éradiqué par la persécution. Alors, êtes-vous protestant, au véritable sens du terme? Protestez-vous contre tout le reste comme contre ces trois erreurs fondamentales du catholicisme ? Protestez-vous en disant ouvertement que l’homme n’a aucun mérite ? que le salut ne se gagne pas par nos œuvres ? Protestez-vous contre l’idolâtrie ? et contre toute forme de persécution ?

Je me garde de vous poser la question, il vous appartient de le faire. Si vous protestez ouvertement contre toutes ces terribles erreurs du catholicisme, votre cœur pense-t-il ce que vous dîtes ? Ne chérissez-vous pas tout bas ce que vous décriez tout haut ? Vous qui critiquez les catholiques, il est bon que vous n’en fassiez pas partie. C’est bien si vous n’êtes pas vous-même un catholique dans l’âme.

9. Tout d’abord, comment espérez-vous être sauvés ? en faisant ceci ou cela ? en ne faisant pas de mal, et en rendant à chacun son dû, en prononçant des prières, en allant à l’église et en communiant ? Hélas, hélas ! A présent votre masque est tombé : c’est du catholicisme éhonté. Vous pourriez plutôt dire franchement, “ je crois être sauvé par le mérite de mes œuvres ”. Mais où est Christ dans tout ça ? Pourquoi ne faut-il pas qu’Il vienne avant la fin de votre prière ; -parce qu’une fois finie, vous direz " par le nom de Jésus-Christ ",- parce que c’est écrit comme ça dans votre livre. Cher ami, la base-même sur laquelle vous vous appuyez est catholique. Vous cherchez à être sauvé par les œuvres. Vous piétinez le “ sang de l’alliance ”. Qu’est-ce que le pauvre catholique peut faire de plus ?

10. Poursuivons. Etes-vous mieux gardé de l’idôlatrie que les catholiques ? Il se peut que la votre se manifeste d’une autre façon. Mais ça ne veut rien dire! Leurs idoles sont à l’église, la vôtre est dans le cœur. Leurs idoles sont recouvertes d’or et d’argent, les vôtres sont fabriquées en or. Ils rendent un culte à la Reine du ciel ; et vous, à des chanteurs populaires. En d’autres termes, ils idolâtrent un homme ou une femme morts, alors que votre idole est toujours en vie. Et quelle différence pour Dieu! Quel maigre avantage aura un londonien qui idolâtre son argent sur un romain qui idolâtre ses statues; ou bien idolâtrer le commun des mortels qui est toujours en vie, est-ce mieux qu’idôlatrer des saints déjà enterrés ?

11. Voyons plus loin: est-ce que le catholique d’un autre pays persécute les autres? Force-t-il les autres dans leur conscience ? Les catholiques de chez nous en font autant, tant qu’ils en ont l’occasion, car ils se disent Protestants. Les Italiens ne tolèrent-t-ils pas d’autres idées que les leurs ? Pas plus que les Anglais. Et vous? Ne pensez-vous pas que le gouvernement ne devrait pas soutenir n’importe qui, mis à part l’église? N’espérez-vous pas au fond de vous qu’il réprime telle ou telle personne? Vous savez exactement ce que vous feriez à sa place. Et par le même esprit, vous poursuivriez l’inquisition à Rome, et vous attiseriez les feux de Smithfield.

12. C’est parce que notre nation est peuplée de tels protestants, ceux qui comptent sur le bien qu’ils méritent, pleins d’idolâtrie abominable, d’un esprit de persécution absolu et aveugle, que l’épée de Dieu, le grand, le juste et jaloux Dieu se retire de notre pays; que les armées étrangères lui rôdent autour, comme un vautour autour de sa proie; et que les catholiques actifs sont sur le point d’engouffrer les soi-disant Protestants.1

13. Préferrez-vous échapper à la discipline de Dieu? Alors, je vous en supplie, soyez d’abord un vrai Protestant. Grâce au Saint-Esprit qui vous assiste (car sans Lui vous savez que vous ne pouvez rien), chassez votre confiance en votre propre justice, ainsi que tout espoir d’être sauvé par les œuvres. Avouez que votre seule récompense sera la condamnation éternelle, et que vous méritez le châtiment de l’enfer. Humiliez-vous sous la main puissante de Dieu. Couchez-vous dans la poussière. Cessez de parler ; et mettez toute votre confiance dans l’ “aspersion du sang”; mettez tous vos espoirs en Jésus-Christ “le juste”, mettez toute votre croyance en Lui, en qui nous sommes "celui qui justifie l’impie, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ."

S’il vous plaît, éloignez les idoles de votre cœur. "N’aimez point le monde ni les choses qui sont dans le monde." "si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira;" Ne désirez rien d’autre que Dieu. Ecoutez aujourd’hui sa voix, qui dit sans cesse, " Mon fils, donne-moi ton cœur ". Donnez-vous à Celui qui s’est donné à vous. Puissiez-vous aimer Dieu comme Il nous a aimé ! Laissez-le devenir votre désir, votre plaisir, votre joie, votre partage, en ce temps présent et pour l’éternité.

Et si vous aimez Dieu, vous aimerez votre frère aussi, vous serez prêts à donner votre vie pour lui; loin de moi le désir de lui prendre la vie, ou d’arracher un seul de ses cheveux. Alors vous ne contrôlerez pas sa conscience; vous n’essayerez plus de le convaincre de vos idées, et lui n’essayera pas non plus de vous forcer à juger par sa conscience. Mais chacun d’entre vous "rendra compte à Dieu pour lui-même."

14. C’est vrai, si sa conscience a des lacunes, vous devriez vous appliquer à le lui expliquer. Quoique vous fassiez, faites-le avec charité, dans l’amour et la douceur de la sagesse. Soyez en feu pour Dieu. Rappelez-vous que "la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu." Cette colère zélée, bien qu’elle s’oppose au péché, est esclave du péché. Le vrai zèle est la flamme de l’amour. Faites-le devenir votre vrai zèle protestant. Alors que vous avez en horreur toute sorte et tout niveau de persécution, que votre cœur brûle d’amour pour toute l’humanité, pour vos amis et vos ennemis, vos voisins et les étrangers, pour les Chrétiens, les païens, les Juifs, les Turcs, les catholiques, les hérétiques, et pour toutes les âmes que Dieu a faites. "Que votre lumière luise ainsi devant les hommes,afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux."

Source: 'Sermons of John Wesley'

  • 1. Ce passage a été écrit lors de la dernière rébellion.