Les femmes et le ministère chrétien

Questions & réponses

Il n’est traditionnellement pas permis aux femmes d’exercer un ministère chrétien, ni d’enseigner les hommes. Mais ceci a changé au cours des dernières décennies, et de plus en plus d’églises forment des ministres et des pasteurs femmes. Les deux écritures suivantes sont au centre du débat qui pose la question de savoir si les femmes devraient ou non exercer un ministère.

“Que la femme écoute l'instruction en silence, avec une entière soumission. Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de prendre de l'autorité sur l'homme; mais elle doit demeurer dans le silence. Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite ; et ce n'est pas Adam qui a été séduit, c'est la femme qui, séduite, s'est rendue coupable de transgression.” (1 TIMOTHEE 2:11-14)

“Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler ; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leurs maris à la maison ; car il est malséant à une femme de parler dans l'Église.” (1 CORINTHIENS 14:34-35)

De ces deux écritures nous pouvons tirer les conclusions suivantes :

    1. Une femme doit se taire dans l’église. Ceci est spécifié et ne veut pas nécessairement dire qu’elle doive complètement se taire, mais plutôt ne pas enseigner.
    2. Une femme ne doit pas s’arroger l’autorité de l’homme.
    3. La raison à cela, c’est que Dieu a d’abord créé Adam, et que la femme est plus prédisposée que l’homme à être dupée.

Si cela est si clair, comment les gens peuvent-ils interpréter ces écritures et quelles autres écritures utilisent-ils pour justifier leur position en autorisant les femmes au ministère ? Discutons les arguments principaux.


Question n°1 :1

Il est certain que la Bible n’enseigne pas qu’une femme doive complètement se taire dans l’église.
Les femmes parlent dans l’église par les dons de l’Esprit et par les prières (1 CORINTHIENS 11:5“Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef : c'est comme si elle était rasée.”).
On doit inclure les femmes dans 1 CORINTHIENS 14:26, “… Que faire donc, frères? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l'édification.”
ACTES 2:17 dit que, dans les derniers jours, “Vos fils et vos filles prophétiseront.” L’évangéliste Philippe avait quatre filles qui prophétisaient (ACTES 21:9).

Réponse

Etant donné que la Bible ne se contredit pas, nous devons découvrir ce qu’il est permis à une femme de dire dans une réunion. C’est pourquoi une étude des mots grecs pour les termes enseigner / prêcher / prophétiser etc. s’impose. Pour les lecteurs intéressés, cela est présenté dans l’appendice. Pour ceux qui ne veulent pas s’attarder sur le Grec, voici les résultats :

  • Une femme peut (et doit) prêcher aux païens. “ prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non ” (2 TIMOTHEE 4:2) s’applique bien sûr aussi aux femmes.
  • Une femme peut enseigner d’autres femmes. “…dans le but d'apprendre aux jeunes femmes à être sobres ” (TITE 2:4).
  • Une femme peut prier et participer à l’opération des dons spirituels lors d’une réunion. (1 CORINTHIENS 11:5)
  • Mais il n’EST PAS permis à une femme de prendre la position du professeur, l’homme étant rabaissé au rôle d’étudiant, ce qui donne à la femme de l’autorité sur l’homme. (1 TIMOTHEE 2:12)

Question n°2 :

Les termes enseigner et docteur apparaissent 119 fois dans le Nouveau Testament. Parmi tous ces passages, il n’y en a qu’un qui interdise aux femmes d’enseigner, il s’agit de 1 TIMOTHEE 2:12.
“Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de prendre de l'autorité sur l'homme; mais elle doit demeurer dans le silence.”
Cependant, Paul ne mentionne pas dans ce passage les femmes qui enseignent les hommes en général, mais aux épouses qui abusent de leur influence (de ruses) sur leurs maris.
D’autres écritures telles que MATTHIEU 28:19 montrent qu’il est ordonné aux femmes d’enseigner.
“Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.”
Ce commandement est adressé à tous les croyants, y compris les femmes.
Pareillement, 1 CORINTHIENS 12:28 n’inclut-il que les hommes ? “ Et Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues. ”
L’enseignement n’exclut pas les femmes, comme dans COLOSSIENS 3:16: “ Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; INSTRUISEZ-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos cœurs sous l'inspiration de la grâce. ”

 Réponse :

Cet argument est basé sur la PRESOMPTION : il n’est par conséquent pas acceptable.
Prenez par exemple 1 CORINTHIENS 12:28. Parmi les personnes citées, il y a certainement aussi des femmes. La Bible fait allusion à des prophètes femmes. On inclurait les femmes dans “parler diverses langues”. Mais Dieu placerait-il des docteurs (professeurs) femmes, contrairement au reste de Sa Parole (à moins qu’elles n’enseignent d’autres femmes) ? Ou bien Dieu aimerait-il que les femmes ne baptisent de nouveaux convertis (MATTHIEU 28:19) alors que nulle part dans la Bible il n’est fait mention que les femmes aient baptisé quelqu’un ?

En regardant l’interprétation de 1 TIMOTHEE 2:12, quelques hypothèses de plus sont émises, à savoir qu’on ne s’adresse qu’aux épouses (le Grec utilise en effet le même mot pour “femme” et “épouse”), pas aux femmes en général, et qu’elles ne devraient pas user de l’influence de leur sexe sur l’homme, comme Dalila par exemple l’a fait avec Samson, ou Jézabel avec Ahab.
Toutefois, le verset 9 indique que ce passage s’adresse aux femmes en général, et pas seulement aux épouses. Ou bien est-ce seulement les épouses qui doivent être “ vêtues d'une manière décente, ne se parant ni de tresses, ni d'or, ni de perles ” ? Certainement cela désigne toutes les femmes. Alors que les rapports sexuels peuvent être un moyen pour les femmes d’exercer leur influence sur les hommes, cela n’explique pas l’aspect de l’enseignement, comme cela est mentionné dans le verset 12. Le fait d’enseigner est plutôt mis en relation avec le fait d’avoir de l’autorité – et Dieu ne veut que les femmes ni n’enseignent ni ne prennent de l’autorité sur les hommes. Il donne aussi la raison dans les versets 13 et 14 : Adam a été formé le premier, et ce n'est pas lui qui a été séduit.

Quand Adam fut placé dans le jardin, Lucifer, le chérubin déchu, était jaloux de la place d’Adam en tant que maître de la nouvelle planète. Lucifer, alors devenu le diable, s’était déjà fait l’ennemi de Dieu et de Son projet. Il ne voulait pas que Dieu réussisse à repeupler la terre. Dès le commencement, leurrer Adam en le faisant désobéir à son Créateur, était dans le cœur sombre du diable. Satan allait faire d’Adam le même rebelle, comme lui-même l’avait été pendant si longtemps. Mais Satan ne s’approcha pas d’Adam. Il attendit et regarda.
Lorsque Dieu eut fini d’œuvrer sur Adam, Il lui donna le travail de nommer tous les animaux. Il commanda au premier homme de ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, il lui dit de se s’assujettir la terre et d’avoir autorité sur le royaume animal. Son job principal était de tenir et de garder le jardin (GENESE 2:15). Ainsi, avant même qu’Eve ne soit créée, Adam était un homme adulte, bien ancré dans sa relation avec Dieu, et entièrement engagé dans le travail de sa vie.
Adam était seul en se consacrant à sa vocation, et il obéit au commandement de son Créateur. En accomplissant la tâche qui était de remplir son devoir, il prit conscience d’un besoin qu’il ne pouvait pas définir, bien qu’il l’eût déjà observé dans les comportements mâle et femelle des animaux. Il était seul. Il n’avait personne avec qui partager ses accomplissements et ses conquêtes. En regardant Adam, Dieu dit: “Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui.” (GENESE 2:18). Dieu fit dormir Adam et lui prit une côte pour en faire une femme qui serait son aide et celle qui remplirait ses besoins.
Satan aurait pu tenter cet homme seul à n’importe quel moment, car il n’avait aucune connaissance du bien et du mal. Mais Satan a attendu. Attendu la création du vase le plus faible. “Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite ; et ce n'est pas Adam qui a été séduit, c'est la femme qui, séduite, s'est rendue coupable de transgression.” (1 TIMOTHEE 2:13-14). Satan savait que l’homme ne pouvait pas être trompé, mais que la femme pouvait l’être. Alors, quand elle s’approcha de l’arbre, il l’a convainquit que la vie serait meilleure si elle recherchait le plus haut état de l’être, « comme les dieux », en gagnant la connaissance spirituelle de la nature du bien et du mal. Eve fut trompée de trois manières :
1. Elle suivit sa chair en désirant l’arbre pour ses propriétés nutritives.
2. Elle succomba à sa beauté, le désirant pour son agréable apparence, elle ne suivit pas sa logique ; elle suivit ses sens.
3. Elle désira un discernement spirituel plus profond que celui que Dieu lui avait donné.
L’origine de son échec vient du fait qu’Eve refusait de croire Dieu et son mari. Elle était censée être l’aide d’Adam, mais elle s’éleva vers la connaissance spirituelle et agit d’une manière indépendante, en devenant la cause de sa chute au lieu de son aide.
Pourquoi satan a-t-il évité Adam et a-t-il approché Eve en lui offrant plus de spiritualité ? Lucifer est un être masculin (ESAIE 14:12-20). Il comprend la résistance masculine naturelle. Il sait que les hommes disent “non” juste pour prouver que ce sont eux qui commandent. Mais Lucifer voyait que cette femme douce et délicieuse était vulnérable. Dieu lui avait permis d’avoir une nature avec du répondant, mais elle était confiante et naïve. En voulant raisonner, elle pouvait être douce, en ayant les meilleures intentions...
Dieu créa la femme sensible et vulnérable, pour aider les petits qu’elle doit nourrir. L’âme d’une mère devait être vulnérable et sa carapace fine. Elle doit être rapide à ressentir les choses, à blesser, à aimer, à avoir de la compassion, à consoler les cœurs brisés, et à espérer le mieux. La vulnérabilité est l’atout naturel le plus grand chez les femmes, mais aussi leur grande faiblesse. Une femme peut devenir sèche et dure, sceptique et méfiante dans ses relations, tout comme un homme. Elle peut rester sur ses gardes et devenir cynique mais, en agissant ainsi, elle n’est plus féminine, ni attrayante pour les hommes, et elle va même commencer à ne plus s’aimer elle-même. Quand elle aura perdu la protection de son mari, elle avancera de manière misérable, en menant ses propres combats et en essayant de survivre sur un pied d’égalité avec les hommes. Regardez juste les visages et les mimiques des féministes endurcies et des lesbiennes. Dans leur tentative de secouer leur vulnérabilité et d’exprimer leur indépendance, les féministes commencent à montrer des airs et des comportements qui n’appartiennent pas à leur nature féminine. Elles perdent leur beauté et leur charme, et deviennent les bonnes excuses des hommes.

 Extrait de “Created To Be His Help Meet”, de Debi Pearl, No Greater Joy Ministries, 2004, pp. 106-108

Question n°3 :

1 CORINTHIENS 14 est en partie l’extrait d’une lettre précédente envoyée par les Corinthiens à Paul. C’est le cas des versets 34 et 35.
“ Comme dans toutes les Eglises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler ; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leurs maris à la maison, car il est malséant à une femme de parler dans l'Eglise.”
La Bible permet aux femmes de parler dans l’église. Les expressions « je ne permets pas » et « comme le dit la loi » ne s’en réfèrent pas à la Bible, mais à la loi du Talmud. Dans l’Ancien Testament, des femmes comme Miriam, Deborah, Hulda et Esther ont parlé directement ou indirectement à la nation. Les filles de Tselophchad ont parlé à une nation entière. En conséquence, Moïse chercha Dieu qui avait dit : “ Les filles de Tselophchad ont raison.” (NOMBRES 27:7). Et on adopta la loi de l’héritage. Ainsi, sous la loi biblique, les femmes pouvaient parler aux hommes et elles le faisaient.
Dans les versets 34 et 35 Paul cite les paroles de personnes judaïques à Corinthe, qui enseignaient que les femmes doivent se taire dans l’église, à cause de la loi juive rabbinique. Cela est traduit clairement par le premier mot du verset 36 : “ Est-ce de chez vous que la parole de Dieu est sortie ? ou est-ce à vous seuls qu'elle est parvenue ? ”

Réponse :2">http://www.christiancourier.com/articles/read/womans_role_in_the_church[...

Quand Miriam prophétisa, c’était pour “ toutes les femmes ” qui sortirent après elle (EXODE 15:20), et il n’y a pas de preuve qu’elle prêcha aux hommes.
Bien que Hulda ait été prophétesse, la seule occasion de sa prophétie mit en cause des hommes qui allaient vers elle, où ils se sont réunis en privé (2 ROIS 22:14 ; 2 CHRONIQUES 34:22). Il est impossible de trouver ici une prédication publique.
Anne était une prophétesse “ qui ne quittait pas le temple ” (LUC 2:36-38). En décrivant le temple, Josèphe dit (Guerres, 5,5,2) qu”il y avait une séparation pour les femmes “ qui les isolait des hommes ; cela était “ l’endroit où elles devaient adorer Dieu.” Il est par conséquent fortement improbable qu’elle prêchât ouvertement à un public mixte.
Déborah était prophétesse du pays d’Ephraïm, mais il n’y a aucune indication selon laquelle elle proféra ouvertement le message de Dieu à la foule ; mais plutôt “ les enfants d'Israël montaient vers elle pour être jugés.” (JUGES 4:5). Elle donna un jugement prophétique en tant que mère d’Israël (JUGES 5:7). Le seul fait qu’elle jugeât est un commentaire dramatique nous informant de la faiblesse maladive des Israélites durant cette période, et la chanson de Déborah (JUGES 5) relate les lamentations de cet état douloureux. Cela fut l’une de ces occasions où Dieu adapta Son œuvre aux faiblesses d’Israël. (cf. 1 SAMUEL 8:9; MATTHIEU 19:8).
En regardant l’exemple des filles de Tselophchad et Esther, la Bible ne donne aucune preuve que ces femmes étaient au-dessus des hommes par quelque autorité que ce soit, ou enseignaient ceux-ci.

On déclara qu’il n’y avait aucune loi dans l’Ancien Testament selon laquelle la femme ne doivent l’obéissance à l’homme. Cela n’est pas vrai ! Eve fut créé pour être l’aide digne d’Adam (GENESE 2:18). Au tout début de la Bible sont définis les rôles de l’homme et de la femme : “tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi..” (GENESE 3:16)

Si les déclarations faites dans 1 CORINTHIENS 14:34-35 n’étaient pas bibliques, alors pourquoi sont-elles répétées dans 1 TIMOTHEE 2:11-12, cette fois sans aucune référence à une lettre : “ elle doit demeurer dans le silence ” et “ Je ne permets pas à la femme d'enseigner ” ? En essayant de discuter le fait qu’il soit permis aux femmes d’enseigner, les points précédents semblent donner du poids à l’affirmation que ces écritures ne soient « pas bibliques ».

En fait, les deux passages bibliques sont complètement parallèles, comme cela est démontré plus haut. Comme la vérité repose sur deux ou trois témoins, et puisque les deux écritures présentent la vérité de façon presque identique, il n’est pas possible de comprendre autre chose, ni d’interpréter l’une des écritures.

Une comparaison: 1 CORINTHIENS 14 & 1 TIMOTHEE 2

1 CORINTHIENS 14 1 TIMOTHEE 2
Que les femmes se taisent dans les assemblées Mais elle doit demeurer dans le silence
car il ne leur est pas permis d'y parler Je ne permets pas à la femme d'enseigner
mais qu'elles soient soumises ni de prendre de l'autorité sur l'homme
selon que le dit aussi la loi. Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite; et ce n'est pas Adam qui a été séduit, c'est la femme…

Question n°4 :

GALATES 3:27,28 nous dit qu’en Christ il n’y a pas de différence de race ou de sexe.
“ Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ.”
Les qualifications particulières dans le service de Dieu ne viennent pas du fait d’être un homme, mais de la nouvelle naissance. Toute bénédiction vient de Dieu, et c’est Lui qui les donne aux hommes comme aux femmes. C’est pourquoi, si Dieu attribue des dons particuliers aux femmes, elles devraient être utilisées comme des docteurs, des apôtres, des pasteurs, etc... de la même manière que les hommes.

Réponse :

Ceci est un exemple classique lorsqu’on a sorti une écriture de son contexte et qu’on l’a utilisée à une autre fin. Le sujet abordé dans GALATES 3 est le fait de se libérer de la loi et d’être justifié par la foi, à travers la promesse faite à Abraham. Et GALATES 3:27, 28 parle sous ce rapport du fait que nous sommes tous également justifiés par la foi si nous sommes en Christ. Mais cela ne veut pas dire que toutes les différences de race, de classe sociale ou de sexe soient subitement abolies. Par conséquent, la Bible recommande aux nouveaux convertis de garder le statut social qu’ils avaient avant leur conversion. “Que chacun, frères, demeure devant Dieu dans l'état où il était lorsqu'il a été appelé. …. As-tu été appelé étant esclave, ne t'en inquiète pas; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt.” (1 CORINTHIENS 7:24,21).
Dieu répartit aux hommes et aux femmes des rôles différents, et après être nés de nouveau, les hommes ne se changent pas soudain en femmes ni, vice-versa, les femmes en hommes. Des écritures comme 1 CORINTHIENS 11:3 seraient sans intérêt s’il n’y avait pas de différence.
“Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l'homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. ”

Les femmes, en général, donnent l’impression d’être plus spirituelles que les hommes. Elles aiment se plonger dans les réflexions de l’âme. Il y a plusieurs façons d’exprimer la spiritualité, mais la plupart d’entre elles n’ont rien à voir avec l’Esprit de Jésus Christ. Nous, les femmes, nous avons plus tendance que les hommes à nous fier à nos sentiments et à notre intuition, ce qui nous rend plus sujettes aux déceptions. Les sentiments et l’intuition changent sans cesse. La Parole de Dieu est objective et dogmatique : immuable. Elle est à la religion ce que les faits avérés sont à la science.
… Dieu nous donna si gracieusement l’exemple de Marie, la sœur de Moïse. Son désir d’être sur un pied d’égalité avec Moïse à donné une mauvaise réputation à son nom, pour nous servir de leçon. (1 CORINTHIENS 10:6,10) et “pour nous servir d'exemples, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Écritures, nous possédions l'espérance.
(ROMAINS 15:4). … La dernière ligne dit que les femmes “se plaisent dans” la spiritualité qui s’entretient d’elle-même. C’est un trait de caractère féminin qui est partagé ou compris par peu d’hommes. Par contre, les hommes peuvent être complètement absorbés par leurs ambitions personnelles et, dans ce cheminement, vont jusqu’à négliger leur côté “spirituel”. Les femmes voient souvent cet “aspect charnel” chez les hommes et prétendent que les femmes, en étant plus “spirituelles” sont plus proches de Dieu – ce qui est une affirmation tout à fait fausse.
Presque toutes les personnes impliquées dans la spiritualité, dans les temps passés ou présents, sont des femmes. Les femmes lisent les lignes de la main, elles lisent dans les boules de cristal, elles sont diseuses de bonne aventure, et tirent les cartes de tarot. Les maisons de sorcières sont dirigées par des femmes. La plupart des médiums (ceux qui communiquent avec les morts) sont des femmes, comme l’était la sorcière d’Endor, que le roi Saul consulta au sujet de Samuel, mort depuis longtemps. Jésus dit une parabole sur le Royaume étant corrompu par de fausses doctrines, Il l’illustra par une femme amenant la corruption (MATTHIEU 13:33). Dans le livre de l’Apocalypse, c’est une femme, généralement appelée Jézabel, qui trompe l’église. On nous dit qu’elle fit cela au moyen de son enseignement. Jean écrivit à l’Eglise de Thyatire et la mit en garde de ne pas laisser cette femme Jézabel l'enseigner (APOCALYPSE 2:20). Les femmes sont, directement ou indirectement, à l’origine de la plupart des sectes chrétiennes du passé et du présent.
La Bible nous révèle la nature intérieure des femmes lorsqu’Elle nous explique pourquoi les femmes ne devraient pas enseigner les hommes : “ce n'est pas Adam qui a été séduit, c'est la femme qui, séduite, s'est rendue coupable de transgression.” (1 TIMOTHEE 2:14).
Le fait qu’un homme soit moins sensible qu’une femme ne le rend pas inférieur à elle, et le fait qu’une femme soit plus sujette aux déceptions ne la rend pas inférieure à son mari : ce sont juste des natures différentes. C’est en reconnaissant cette différence que les épouses devraient craindre Dieu et se méfier de leurs tendances naturelles. Les choses qui ne se ressemblent pas ont des capacités et des fonctions différentes.
Extrait de “Created To Be His Help Meet”, de Debi Pearl, No Greater Joy Ministries, 2004, p. 109-110

Question n°5 :

Dans le Nouveau Testament sont mentionnés des noms de femmes qui avaient un office.
“Je vous recommande Phoebé, notre soeur, qui est diaconesse de l'Église de Cenchrées.” (ROMAINS 16:1). Le mot grec pour “serviteur” est “diakonos”, donc Phoebé était diaconesse. Dans le verset 2 également, il est fait mention du fait que les églises devaient l’assister, ce qui implique qu’elle avait une certaine autorité. Phoebe est appelée “ une personne qui vient au secours des autres ”, ce qui en grec signifie “ guide ”.
“ J'exhorte Évodie et j'exhorte Syntyche à être d'un même sentiment dans le Seigneur. Et toi aussi, fidèle collègue, oui, je te prie de les aider, elles qui ont combattu pour l'Évangile avec moi, et avec Clément et mes autres compagnons d'œuvre, dont les noms sont dans le livre de vie.” (PHILIPPIENS 4:2-3) Evodie et Syntyche travaillèrent à l’évangile avec Paul. Cela signifie qu’elles ont dut avoir un ministère.

Le couple marié Aquila et Priscille devinrent les travailleurs fidèles de Paul (ACTES 18). Le nom de sa femme apparaît chaque fois qu’il est fait mention d’Aquila. Dans ROMAINS 16:3 et 2 TIMOTHEE 4:19, le nom de Priscille est même noté en premier. Elle a dû être celle des deux, qui dirigeait..
“Saluez Andronicus et Junias, mes parents et mes compagnons de captivité, qui jouissent d'une grande considération parmi les apôtres…” (ROMAINS 16:7) Ainsi Junias a dû être apôtre !

Réponse :

Parcourons chacun des exemples cités précédemment.
Dans le cas de Phoebe, (ROMAINS 16 : 1), tout dépend du mot “diakonos”, s’il signifie l’office de diacre ou simplement “ serviteur ”, “ aide ”, comme cela est traduit dans la version anglaise de la Bible King James. Puisque le terme grec “ diakonos ” peut vouloir dire les deux, nous devons chercher judicieusement, d’après le contexte, ce qui a le plus de sens.
Dans la plupart des cas, la traduction “ serviteur ” est évidente, par exemple : “Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. ” (MATTHIEU 23:11) “ Il nous a aussi rendus capables d'être ministres d'une nouvelle alliance.” (2 CORINTHIENS 3:6) “ Christ serait-il un ministre du péché ? ” (GALATES 2:17) Paul lui-même se nomme “diakonos”: “… dont moi Paul, j'ai été fait ministre.” (COLOSSIENS 1:23), bien qu’il ait eu un haut ministère. La même chose est valable pour Timothée (1 THESSALONICIENS 3:2) qui était surveillant d’une église.
C’est seulement dans deux exemples que le ministère de “ diakonos ” (diacre) était précisé (PHILIPPIENS 1:1 ; 1 TIMOTHEE 3:8-13).

Pour revenir au cas de Phoebe’, il n’est pas complètement exclu qu’elle ait été diaconesse, mais plus vraisemblablement, Paul va l’appeler servante, comme le serait n’importe quel disciple de Christ. La supplication de Paul aux saints pour qu’ils assistant Phoebe ne veut pas du tout dire qu’elle ait exercé une quelconque autorité, mais ils devaient plutôt aider une sœur qui s’apprêtait à changer d’endroit, et qui avait certainement besoin d’aide.
Le terme grec “ prostatis ” peut être traduit par “ guide ”, “ assistant ” ou “ aide ”. Encore une fois, il faut voir d’après le contexte quel terme est le mieux adapté. Comme dans la plupart des cas, les traductions de la version anglaise King James ont bien fait de choisir “ assistant ”, puisque Phoebe avait auparavant déjà été appelée “ servante ”. De plus, serait-il logique que Phoebe soit le “ patron ” de Paul ? “car elle en a donné aide (dirigé???) à plusieurs et à moi-même (Paul).”

Le fait qu’Evodie et Syntyche aient travaillé avec Paul dans l’évangile, n’implique à nouveau aucune position d’autorité. Les Chrétiens sont sensés “travailler avec Dieu (1 CORINTHIENS 3:9). On peut dire de même de la belle-mère de Pierre, qui après avoir été guérie de sa fièvre par Jésus, se leva et les servit (c’est le mot grec “diakoneo” qui est utilisé!).

Bien que Priscille et Aquila soient mentionnés cinq fois dans la Bible, Priscille n’est jamais mentionnée seule. Elle est toujours avec son époux. Pour conclure du fait que son nom est perfois mentionné en premier qu’elle avait le rôle du dirigeant, serait une présomption. Elle avait plus vraisemblablement un rôle de soutient, pregnant soin des besoins de la vie quotidienne pendant qu’Aquila prêchait et enseignait – un rôle tout aussi important aux yeux de Dieu.

Junias pourrait tout à fait ne pas même être une femme, mais pourrait tout autant avoir été un homme, dont le nom serait. Il est impossible de le déterminer à partir du grec. De plus, il n’est pas même certain que Junias soit ici identifié comme apôtre. La phrase “qui jouissent d’une grande considération parmi les apôtres” signifie vraisemblablement que Andronicus et Junias sont connus des apôtres plutôt que d’en être eux-mêmes.

Question n°6 :

Dans l'histoire de l'église, des femmes ont été puissamment utilisées pour diffuser l'évangile et fonder des églises. Les exemples le plus récents sont Kathryn Kuhlman, Maria Woodworth-Etter, ou Aimee Semple McPherson. Il est certain que Dieu a encouragé leur ministère bien qu’elles soient des femmes. Cela prouve que les femmes peuvent détenir des charges d'autorité dans l'église.

Réponse :

Quoique ces femmes et d'autres furent en effet utilisées de façon extraordinaire par Dieu, leur ministère fut principalement celui d'évangélisation, dirigé vers la conversion de païens et non pas vers l’établissement d’églises, (Aimee Semple McPherson étant l'exception la plus remarquable). Il peut être revendiqué qu'elles avaient au moins une sorte d'autorité sur les hommes. Le fait qu'elles étaient des femmes dirigeant un travail en Christ, contribua vraisemblablement aux controverses dans lesquelles leurs ministères furent impliqués. Dans le cas de Aimee Semple McPherson, les controverses commencèrent réellement quand elle eut établit une église, le Temple Angelus à Los Angeles. Tant qu'elle évangélisait à travers l'Amérique, elle répondait à l'appel de Dieu pour elle en tant que femme.

Une des raisons majeures pour lesquelles Dieu a utilisé ces femmes était le manque d'hommes que Dieu pouvait utiliser. Kathryn Kuhlman disait d'elle-même qu'elle était prête à payer le prix qu'il fallait pour être totalement utilisée par le Seigneur. C'est pourquoi, Il pouvait se manifester plus entièrement dans ses services que dans ceux de beaucoup d'autres ministres de la foi. Kathryn Kuhlman faisait référence à elle-même comme à “ La servante de Dieu ”. “Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, dans ces jours-là, je répandrai de mon Esprit; et ils prophétiseront.” (ACTES 2:18) Pour elle, “ prophétiser ” était d’annoncer la bonne nouvelle ou de prêcher, pas de prédire. Elle affirma maintes fois qu'elle ne pensait pas être le premier choix de Dieu pour le ministère, pas même Son second ou troisième choix. Elle pensait que Dieu avait appelé un homme pour porter le travail vers l'avant, mais que cet homme ne voulait pas payer le prix. Cependant, elle s'est approchée et a répondu à l'appel de Dieu. 3

Une autre femme remarquable qui a était (et est toujours) utilisée par Dieu à Hongkong est Jackie Pullinger. Comme elle commençait un travail toute seule, elle a du enseigner et entraîner tous les convertis. Mais dès que quelques uns des hommes purent diriger le travail, elle recula de plus en plus vers le fond de la scène pour que les hommes puissent prendre le relais.

“ C'est bien parce que les femmes peuvent être des ministres publics efficaces que Dieu leur ordonne de ne pas faire ainsi. Ce n'est pas une question de qualification ; c'est une affaire d'y être autorisé. Dieu a établit un ordre pour la maison, une ligne directrice qui correspond à la vrai nature des hommes et des femmes. C'est un ordre du trône des cieux qui est plus sain et le meilleur pour faire grandir les enfants et pour le bien des relations conjugales. Que la femme devienne le canal des bénédictions spirituelles revient à la placer dans une position qui ne convient pas à la nature de l'être qu'elle fut créée. Si elle est efficace pour le remplacement de l'incapacité de son époux à diriger, cela fait le plus grand mal ! Car alors, comme le dit la Bible, elle usurpe l'autorité à l'homme – usurpant sa gloire … usurpant l'honneur … usurpant le contrôle … usurpant la direction. En fait, elle fait ce qu'un homme devrait faire, et donc reçoit la reconnaissance due à un homme. C'est une inversion du dessein de Dieu pour les hommes et les femmes.”4


Résumé :

Le fait que les femmes ne sont pas sensées avoir des positions d'autorité est très clair par la Bible. Ceux qui détiennent des offices dans la Bible sont des hommes, et non des femmes.
“ Il faut donc que l'évêque (surveillant) soit …, mari d'une seul femme. ” (1 TIMOTHEE 3:2)
“ Les diacres doivent être maris d'une seule femme.” (1 TIMOTHEE 3:12)
Le critère pour les aînés est entre autres, “ mari d'une seul femme ” (TITE 1:6).

La Bible avertit contre les risques d'associer les femmes à des positions d'autorité. Comme l'exemple de Eve le montre, les femmes sont plus facile à duper.

“Mon peuple a pour oppresseurs des enfants, et des femmes dominent sur lui ; Mon peuple, ceux qui te conduisent t'égarent, et ils corrompent la voie dans laquelle tu marches.” (ESAIE 3:12)

Des femmes peuvent atteindre des sommets dans les domaines social ou politique. Souvenez-vous, un des plus grands Premier Ministre de Grande Bretagne (Margaret Thatcher) était une femme ! Mais le rôle de femmes " surveillantes " d'une assemblée ou église est clair. Jésus choisit seulement des apôtres masculins, et Paul parla d'hommes comme surveillants/évêques/presbytes. Les femmes pouvaient éventuellement être des diaconesses/ministres, ROMAINS 16:1. Une diaconesse (“ servante de l'église ”), oui, mais pas ayant autorité, comme un surveillent en aurait (1 TIMOTHEE 2:12). Cela doit être répété en résumé de la discussion au-dessus : Les femmes ne sont pas autorisées à prêcher ou enseigner dans les rassemblements de l'église quand des hommes adultes sont présents.

Cette étude n'a traité que les aspects négatifs de femmes non autorisées à être en position d'autorité. Cependant, il y a un coté positif au rôle de la femme dans la Bible. Aquila aurait été moins efficace sans Priscille. Le ministère de Paul dépendait de femmes comme Lydie qui leur a fourni leurs maisons comme lieu de réunion et abris. Jésus passa beaucoup de temps dans la maison de Marthe et de Marie et était occupé à leur enseigner. Les femmes restèrent fidèlement avec Lui lors de Sa crucifixion alors que la majorité des autres hommes L'avaient quitté. Jésus apparu d'abord à des femmes après Sa résurrection.
Afin de ne pas donner l'impression que les femmes devraient seulement être trouvées à la maison “ dans la cuisine ”, nous citons à la fin une exhortation de Maria Woodworth-Etter concernant l'importance des femmes.

“Ma chère sœur en Christ, lorsque tu entends ces mots, puisse l'Esprit de sur Christ venir toi, et te rendre volontaire pour faire le travail que le Seigneur t'a assigné. Il est grand temps pour les femmes de laisser briller leur lumières ; de faire ressortir leurs talents, qui ont été cachés, se reposant ; et de les utiliser pour la Gloire de Dieu, et de faire de votre mieux ce que vos mains trouvent à faire, faisant confiance à Dieu pour la force, Lui Qui a dit ‘Je ne t'abandonnerai jamais’. Ne plaidons pas la faiblesse; Dieu utilisera les choses faibles du monde pour confondre les sages. Nous sommes les fils et filles du Dieu Très Haut. Ne devrions-nous pas honorer notre appel élevé et faire tout ce que l'on peut pour sauver ceux qui sont dans la vallée de l'ombre et de la mort ? ”5

 Appendice

Investigation de la signification de mots Grecs “enseigner” ou “prêcher”

1. didasko = “enseigne”

C’est le mot principal signifiant “enseigne”. Cela implique une position de haut statut ou de haute connaissance du côté de celui qui enseigne, tel un professeur vis-à-vis de ses étudiants ou Jésus envers ses disciples. Le nom “didaskalos” (professeur) est souvent appliqué à Jésus, même par ses opposants et essentiellement traduit “maître” dans la KJV.

La position d’autorité que “didasko” implique devient aussi apparente par les personnes à qui cela s’applique.

  • Avant tout Jésus: MATTHIEU 4:23; 5:2; 7:29; 9:35; 11:1; 13:54; 21:23; 22:16; 26:55; etc. Jésus appelé “didaskalos”” MATTHIEU 8:19; 9:11; 10:24; 12:38; etc.
  • Jésus a ordonné à ses disciples d’enseigner les autres : MATTHIEU 28:20: “Enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit.”
  • Le Saint-Esprit enseigne : LUC 12:12; JEAN 14:26; 1 JEAN 2:27
  • Les apôtres enseignèrent (ceci est souvent traduit “prêchèrent” dans la KJV): ACTES 4:2; 5:21; 5:25; 5:28: 5:42; 11:26:15:35; 18:11; etc.
  • Les vrais disciples enseignent (ou prêchent): MATTHIEU 28:20; 2 TIMOTHEE 2:2
  • Aussi les faux professeurs : ACTES 15:1; TITE 1:11; APOCALYPSE 2:20. MATTHIEU 5:19: “Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.” (MATTHIEU 15:9)

Il y a aussi le ministère d’un professeur (didaskalos) : ROMAINS 12:7; ACTES 13:1; 1 CORINTHIENS 12:28, 29; EPHESIENS 4:11

Et TITE 2:3 où les femmes âgées sont exhortées à “donner de bonnes instructions” (kalodidaskalos)? Cependant, TITE 2:4 spécifie que c’est en relation avec d’autres femmes: “… dans le but d’apprendre aux jeunes femmes …”

1TIMOTHEE 2:12 fait comprendre que l’enseignement est relié à une position d’autorité et que par conséquent les femmes ne sont pas autorisées à enseigner. “Je ne permet pas à la femme d’enseigner (didasko), ni de prendre de l’autorité sur l’homme; mais elle doit demeurer dans le silence.”

2. matheteuo = “être ou faire un disciple”; “enseigne”

La forme du nom “mathetes” (“étudiant” ou “disciple) est l’opposé de “didaskalos” (professeur). Tandis que “matheteuo” est souvent traduit “enseigne” ou “instruit”, sa signification d’origine est “faire un disciple”.

Joseph d’Arimathée était “le disciple de Jésus” (ou littéralement “Jésus en a fait un disciple”), MATTHIEU 27:57

Paul et Barnabas ”enseignèrent beaucoup” (firent beaucoup de disciples), ACTES 14:21

MATTHIEU 28:19: “Allez, faites (“matheteuo” – faites les disciples) de toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

3. katangelo = “prononce”; “enseigne”; “prêche”
  • Les apôtres prêchèrent la résurrection de Jésus, ACTES 4;2
  • Paul et Barnabas prêchèrent la Parole de Dieu, ACTES 13:5; 15:36; 17:13; le pardon des péchés, ACTES 13:38; le chemin du salut, ACTES 16:17; Jésus, ACTES 17:3; COLOSSIENS 1:28; la lumière, ACTES 26:23; le témoignage de Dieu, 1 CORINTHIENS 2:1
  • Tous les Chrétiens prononcent la mort du Seigneur à la communion, 1 CORINTHIENS 11:26
  • Ceux qui prêchent l’Evangile vivront de l’Evangile, 1 CORINTHIENS 9:14

Il n’y a pas de référence de “katangelo” pour les femmes. Cependant, les femmes participent aussi dans la communion prononçant la mort du Seigneur. C’est évident qu’ainsi aucune position d’autorité n’est concernée.

4. katecheo = “sonne contre”; “instruit”
  • Théophile était instruit dans l’Evangile, LUC 1:4;
  • Apollos était instruit dans la voie du Seigneur, ACTES 18:25 ; GALATES 6:6
  • Les juifs étaient instruis par la loi, ROMAINS 2:18
  • les juifs étaient informés sur Paul, ACTES 21:21.24
  • Paul veut enseigner chacun, 1 CORINTHIENS 14:19. “Mais dans l’Eglise, j’aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence afin d’instruire aussi les autres, que dix mille paroles en langue.”
5. paideuo = “entraîne”; “enseigne”

Est dans la Louis Second traduit de façons suivantes :

  • châtie LUC 23:16.22; 1 CORINTHIENS 11:32; 2 CORINTHIENS 6:9; HEBREWS 12:6; APOCALYPSE 3:19
  • appris ACTES 7:22; 22:3
  • apprenne à ne pas blasphémer 1 TIMOTHEE 1:20
  • instruit 2 TIMOTHEE 2:25
  • enseigne TITE 2:12

Le mot est lié à “pais” = “enfant” et se réfère à la façon dont les parents élèvent leurs enfants en les disciplinant et en les entraînant.

Dieu châtie /nous entraîne, Ses enfants : 1 CORINTHIENS 11:32; HEBREUX 12:6: APOCALYPSE 3:19
Moïse a été élevé / entraîné dans toute la sagesse des Egyptiens, ACTES 7:22
Paul a été élevé / entraîné dans la loi, ACTES 22:3

“Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent” TITE 2:12

6. euangelizo = “prêche l’Evangile”

prêche l’Evangile, MATTHIEU 11:5; LUC 4:18, etc. etc.

Apparemment prêcher l’Evangile inclus aussi les femmes.

“Saul, de son côté, ravageait l’Eglise; pénétrant dans les maisons, il en arrachait hommes et femmes, et les faisait jeter en prison. Ceux qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, annonçant la bonne nouvelle de la parole. (ACTES 8:3,4)

7. diangello = “prêche”; “déclare”

prêche, le royaume de Dieu, LUC 9:60
déclare, ROMAINS 9:17

8. dialegomai = “dispute”; “discute”; “prêche”
dispute – les apôtres parmi eux MARC 9:34
  Paul avec les juifs, ACTES 17:2; 18:4; 19:8; 24:12
Prêche - Paul aux disciples à Troas, ACTES 20:7.9
9. kerusso = “prononce”; “prêche”
prêche - Jean dans le désert, MATTHIEU 3:1
  Jésus – 4:17.23; 9:35; etc.
  Les disciples – ACTES 8:5; 9:20; 13:21; 19:13; etc.
10. laleo = “parle”

rarement traduit prêche : MARC 2:2; ACTES 8:25; 13:42; 14:25; 16:6 il prêche la parole

Lié aux femmes :

1 CORINTHIENS 14:34: " Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler (lalein); mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. Si elles veulent s’instruire sur quelque chose, qu’elles interrogent leurs maris à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans l’église."

Cette écriture devrait être prise avec son écriture parallèle dans 1 TIMOTHEE 2:12, cela devient clair que “parlant” signifie “enseignant”. Une femme en général n’est pas interdite de parler dans l’église, tant que “aucune autorité n’est usurpée”.

11. sofronizo = “ramène quelqu’un à la raison”; “enseigne”

Apparaît seulement une fois dans le Nouveau Testament : “dans le but (les femmes âgées) d’apprendre aux jeunes femmes à être retenues.” TITE 2:4

Vue d’une façon superficielle, ceci pourrait ressembler à un exemple de femmes enseignant. Mais le mot “sofronizo” ne signifie pas réellement “enseigne”, mais “fait quelque chose claire en appelant à la raison”. Deuxièmement, c’est de toute façon seulement en relation avec d’autres femmes.

  • 1. La plupart des arguments sont extraits de l’ouvrage “Neither Male Nor Female”, (traduction libre : “Ni masculin, ni féminin“), de Q.M. Adams, Christ for the Nations, Dallas, TX, 1973
  • 2. Extrait en partie de Wayne Jackson, Woman’s Role in the Church, 16 mars 2000, 3. Roberts Liardon: Kathryn Kuhlman, Whitaker House, Laguna Hills, CA, 1990, p. 52
  • 4. “Created To Be His Help Meet”, by Debi Pearl, No Greater Joy Ministries, 2004, p. 119
  • 5. Maria Woodworth-Etter, “A Sermon for Women,” A Diary of Signs & Wonders (Tulsa, OK: Harrison House, reprinted from 1916 ed.), 215-216, 30-31