Etes-vous un chrétien malheureux ?

Lors d’un séjour en Australie, un homme d’église me raconta l’histoire incroyable d’une femme handicapée. J’ai eu du mal à imaginer qu’une telle situation ait pu exister.

Un jour, j’ai rendu visite à cette femme pour lui apporter un peu de réconfort. Mais avant même d’avoir passé dix minutes dans sa chambre, j’ai prit conscience que c’était plutôt moi qui allais apprendre une leçon pour la vie. La haute opinion que j’avais de moi-même s’effondra, et je fus envahi par un flot d’émotions.

A l'âge de 18 ans, elle fut terrassée par la maladie. Le médecin dît qu’il devait l’amputer d’un pied pour lui sauver la vie. Mais on lui amputa les deux pieds. Les médecins suivirent l’évolution de la maladie, et bientôt dûrent lui amputer les jambes jusqu'aux genoux, puis finalement jusqu'au torse. Par la suite, la maladie se déclencha également au niveau des mains. Le premier bras fut amputé jusqu'à l’épaule, suivi du second bras. Lorsque je vis cette femme, Mademoiselle Higgins, tout ce qui lui restait c’était le torse.

Cela fait maintenant 15 ans qu'elle était dans cet état. Les murs de sa chambre sont couverts d'écritures disposées en forme de rayons et parlent de joie, de paix et de force. Un jour, couchée dans son lit, elle s’est demandé ce qu’une femme découpée pourrait bien faire de sa vie, sans aucun de ses membres. C’est alors qu’elle a eu une révélation et a demandé à un ami, qui était charpentier, de venir la voir. Il lui fixa un bloc-notes et un stylo à encre aux épaules, et elle commença à écrire des lettres.

Vous savez bien que pour écrire quelque chose, vous avez besoin de votre bras. Il fallait qu’elle écrive, mais elle n’avait ni bras ni main pour le faire, elle devait donc écrire avec l'aide de tout son corps. Il y a des personnes qui sont des artistes en matière de belle écriture, certes, mais j'ose ici affirmer qu'en terme de beauté, aucune autre femme ne pourrait écrire d’aussi belles lettres que celles que cette femme forma en ma présence : elles ressemblaient à des gravures.

Elle avait reçu 1500 à 1600 lettres de personnes qui furent conduites à Christ grâce aux lettres qu’elle écrivait ainsi de sa chambre.

Je lui dis : " Comment faîtes-vous ? ". Elle sourit en répondant : " Vous savez, Jésus a dit : " Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein ", et je crois en LUI, c’est tout."

Traduit de l’allemand : " Bist du unzufrieden als Christ ? "

Source : 'Redemption Tidings'